rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Israël Donald Trump Benyamin Netanyahu

Publié le • Modifié le

Trump renonce pour le moment à déménager l'ambassade américaine à Jérusalem

media
L'ambassade des Etats-Unis à Tel Aviv. JACK GUEZ / AFP

La décision était attendue et elle est désormais officielle. Les Etats-Unis ne déménageront pas leur ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem pour le moment. Donald Trump en avait fait la promesse durant sa campagne, mais il a décidé, ce jeudi, de reporter ce déménagement d'au moins 6 mois. Une décision prise, dit la Maison Blanche, afin de ne pas entraver le processus de paix que le président américain tente de relancer.


Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

Le gouvernement israélien ne se faisait guère d’illusion sur la question. Le refus de Donald Trump lors de son séjour à Jérusalem la semaine dernière de parler de la ville comme la capitale d’Israël laissait bien penser que le président américain emboîterait le pas à ses prédécesseurs, et repousserait le déménagement de l’ambassade demandé par le Congrès en 1995.

Une décision qui est toutefois contraire à l’un de ses engagements de campagne. Mais la Maison Blanche assure que Donald Trump reste fidèle à cette promesse. « La question n’est pas de savoir si ce déménagement va se produire mais seulement quand » a affirmé la présidence américaine dans un communiqué. Et elle justifie ce report de six mois par la volonté de Donald Trump « d’optimiser les chances de négocier un accord de paix entre Israël et Palestiniens. »

Un premier désaccord

Une analyse de la situation régionale que ne partage pas le gouvernement israélien. Le bureau du Premier ministre estime au contraire que « maintenir les ambassades hors de Jérusalem repousse la paix ». « Cela contribue à l’illusion palestinienne que le peuple juif et son pays n’ont aucune connexion avec Jérusalem » affirme le communiqué des services de Benyamin Netanyahu. Pour la première fois, les deux hommes affichent leur désaccord. Mais si le Premier ministre israélien se dit « déçu » de cette décision, il affirme dans le même temps « apprécier l’expression de l’amitié du président Trump pour Israël ». Cette divergence de point de vue ne portera pas préjudice à la relation entre les deux pays.

A l'inverse, cette décision a été saluée par les Palestiniens. Le bureau du président Mahmoud Abbas évoque un geste « positif, important et qui renforce la possibilité de préparer la paix ». Et la Jordanie a aussi fait part de sa satisfaction : selon le porte-parole du gouvernement, cela montre « à quel point l’administration tient compte de l’avis de ses alliés ». Le roi Abdallah avait appelé Donald Trump à ne pas déménager son ambassade.

« De la retenue »

Israël s’inquiète, en outre, de l’ampleur du contrat militaire signé par les Etats-Unis avec l’Arabie saoudite il y a deux semaines mais le gouvernement de Benyamin Netanyahu assure que Donald Trump a garanti qu’il veillerait à ce que l’armée israélienne reste la mieux armée du Moyen-Orient. Dans le dossier israélo-palestinien, le milliardaire n’évoque plus la solution à deux Etats et le gouvernement israélien se félicite que les termes des négociations ne soient plus imposés, dit-il.

Sur la colonisation, le nouveau président américain a demandé à Benyamin Netanyahu de « la retenue » mais il n’a pas condamné l’annonce de la construction d’une nouvelle colonie en Cisjordanie : la première en 25 ans. Enfin, Donald Trump affiche sa fermeté face à l’Iran et son allié syrien, le régime de Bachar el-Assad. Et là encore, le soutien des autorités israéliennes à cette politique est total.

ANALYSE
Si l’ambassade américaine est déménagée de Tel Aviv à Jérusalem, ce sont les Israéliens en premier qui vont en payer les conséquences diplomatiquement.
Xavier Guignard, chercheur associé à l'Institut français du Proche-Orient 02/06/2017 - par Nicolas Falez Écouter

Chronologie et chiffres clés