rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
  • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
  • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
  • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
  • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
  • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
  • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
  • En France, le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure de 15 ans

Israël Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Israël: 15 000 manifestants contre l'occupation des Territoires palestiniens

media
Près de 15 000 personnes étaient rassemblées samedi 27 mai à Tel Aviv pour protester contre 50 ans d'occupation des Territoires palestiniens. REUTERS/Amir Cohen

« Cinquante ans, ça suffit ». Tel était le slogan repris par environ 15 000 Israéliens, samedi 27 mai au soir à Tel Aviv. Un rassemblement contre l'occupation des Territoires palestiniens à l'appel d'organisations anti-colonisation et de partis de gauche. Une manifestation à quelques jours du 50e anniversaire de la conquête des Territoires par l'armée israélienne, alors que le processus de paix est au point mort.


La place Itzhak Rabin a accueilli dans le passé des rassemblements beaucoup plus massifs. Mais compte tenu du poids actuel de la gauche israélienne, Nir Stanescu se dit satisfait. « C'est devenu une insulte de dire à quelqu'un qu'il est de gauche. Donc, ça fait chaud au cœur de voir tous ces gens », explique-t-il.

L'évènement est un réconfort pour des manifestants qui portent souvent un regard très sombre sur l'état actuel d'Israël. « Je suis très pessimiste sur le futur de ce pays. Mes parents l'ont construit et je vois qu'il va... en enfer », déplore une femme ayant du mal à retenir ses larmes.

Un peu plus loin, une mère de famille garde encore un peu d'espoir. Un espoir qu'elle veut passer à ses trois enfants venus avec elle. « Dans notre foyer, on essaye de leur dire que nous sommes tous égaux. Et que le chemin qu'on doit suivre, si on veut être libres nous-mêmes, c'est de libérer d'autres personnes », affirme-t-elle.

Les discours politiques se succèdent sur scène. A plusieurs reprises, la foule reprend le slogan « Bibi à la maison ». Mais elle écoute attentivement un message de Mahmoud Abbas. « Il n'y a pas de voix plus forte que celle d'une paix juste et inclusive », dit la lettre du président de l'Autorité palestinienne.

Au milieu de la foule, une femme lui répond : « J'espère que les Palestiniens peuvent entendre que nous voulons aussi la paix. »

Chronologie et chiffres clés