rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Hassan Rohani

Publié le • Modifié le

Présidentielle en Iran: Rohani critique les saboteurs de l'accord nucléaire

media
Le président iranien, Hassan Rohani (ici à Téhéran, le 14 avril 2017) a critiqué durant le 2e débat les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique. © Reuters

Des millions d’Iraniens ont pu regarder le second débat télévisé entre les six candidats à la présidentielle iranienne vendredi 5 mai. Le président modéré Hassan Rohani, qui se présente pour un second et dernier mandat de quatre ans, a critiqué ceux qui ont tenté de faire échouer l’accord nucléaire avec les grandes puissances.


Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Le président Rohani a critiqué les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique. « Nous avons vu comment ils ont écrit des slogans sur des missiles (...) pour perturber l'accord » nucléaire, a lancé Hassan Rohani. Le président iranien faisait allusion aux inscriptions en hébreu sur les missiles iraniens lancés quelques jours après l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire en janvier 2016 selon lesquels Israël est condamné à la disparition.

C’est la première fois que le président Rohani critique aussi ouvertement les Gardiens de la révolution. Les adversaires conservateurs du président Rohani ont critiqué le peu de résultats obtenus après l’accord nucléaire avec les grandes puissances en juillet 2015.

Ils ont notamment affirmé que contrairement aux affirmations du président Rohani et de son gouvernement, les sanctions n’ont pas été complètement levées par les Etats-Unis et les pays européens.

« L’accord nucléaire est comme un chèque que le gouvernement a été incapable d'encaisser », a ainsi déclaré le candidat conservateur Ebrahim Raissi.

Un troisième débat centré sur les questions économiques sera organisé vendredi prochain 12 mai, une semaine avant le scrutin présidentiel.

Chronologie et chiffres clés