rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Irak Syrie EI Terrorisme

Publié le • Modifié le

En Irak et en Syrie, l'organisation Etat islamique perd du terrain

media
Des soldats irakiens sur un tank, le 21 janvier 2017, pendant les combats contre le groupe Etat islamique dans le nord de Mossoul. REUTERS/Khalid al Mousily

A la veille du premier tour de l'élection présidentielle en France, l'organisation de l'Etat islamique revendique l'attentat perpétré jeudi 20 avril au soir sur les Champs-Elysées, à Paris. Attentat qui a fait un mort et deux blessés sur la plus célèbre des avenues parisiennes. L'organisation jihadiste a multiplié ces derniers mois les attaques perpétrées en Europe. Cette série d'attentats intervient alors qu'en Irak et en Syrie, l'organisation ne cesse de perdre du terrain.


En Irak comme en Syrie, l'organisation de l'Etat islamique est acculée sur un territoire de plus en plus réduit. Le recul est particulièrement net en Irak : il y a trois ans, les combattants jihadiste contrôlaient 40 % du territoire, ils n'en contrôlent aujourd'hui plus que 7 %, selon un chiffre avancé par l'armée irakienne.

De fait, l'organisation de l'Etat islamique n'est présente que dans des zones désertiques de la province d'al-Anbar, et elle ne contrôle plus que trois localités, Mossoul-Ouest, Tal-Afar et Hawija. En Syrie, l'organisation est encore présente à Deir-Ezzor et à Raqqa. Mais elle ne cesse de perdre du terrain dans la région de Raqqa, où se concentre une importante coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis.

Que ce soit en Syrie ou en Irak, à Raqqa ou à Mossoul, l'étau militaire ne cesse de se resserrer autour des jihadistes. Ce qui n'enlève en rien sa capacité à fomenter ou à insprirer des actions terroristes extérieures, en Europe, mais aussi en Egypte ou en Afghanistan.

Chronologie et chiffres clés