rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)

Syrie Jean-Marc Ayrault France Bachar el-Assad

Publié le • Modifié le

Syrie: la France dit avoir des preuves de l'attaque chimique sur Khan Cheikhoun

media
Khan Cheikhoun: la ville a été la cible d'une double attaque dont la première aurait été au gaz toxique, mardi 4 avril 2017. REUTERS/Ammar Abdullah

La France apportera prochainement la « preuve » que le régime de Bachar el-Assad est à l'origine de l'attaque chimique qui couté la vie à 87 personnes dont 31 enfants le 4 avril dernier en Syrie. C'est le ministre français des Affaires Etrangères qui l'a affirmé ce mercredi 19 avril. Le pouvoir syrien a démenti toute responsabilité, trois ans après s'être officiellement débarrassé de son arsenal chimique.


L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) l'affirme désormais catégoriquement : c'est du gaz sarin ou agent toxique similaire qui a tué 87 habitants du village syrien de Khan Cheikhoun.

A ce stade, l'OIAC ne désigne pas l'auteur de l'attaque. Pour de nombreux pays, la responsabilité du régime de Bachar el-Assad ne fait aucun doute. Les Etats-Unis ont même bombardé une base syrienne en représailles.

La France accuse également Damas et ce mercredi, sur La Chaîne parlementaire, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a promis des preuves dans les prochains jours.

« En ce qui concerne les services de renseignements français et les renseignements militaires, c’est une question de jours, mais nous apporterons la preuve qu’effectivement le régime a bien organisé ces frappes avec des armes chimiques. J’exprime une conviction : dans quelques jours, je pourrais vous apporter des preuves. Pour l’instant, je ne peux pas les communiquer, parce que les analyses sont en cours mais nous avons des éléments qui nous permettrons de démontrer que le régime Assad a sciemment utilisé des armes chimiques. »

A quelques jours de l'élection présidentielle en France, Jean-Marc Ayrault a critiqué au passage la « complaisance » dont font preuve selon lui certains candidats à l'égard de Bachar el-Assad et de son allié russe.
 

Chronologie et chiffres clés