rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Egypte Terrorisme EI

Publié le • Modifié le

Terrorisme: l'Egypte en état d'urgence, al-Sissi appelle l'armée en renfort

media
Des soldats de l'armée égyptienne patrouillent dans Le Caire après les attentats qui ont frappé des églises coptes, le 10 avril. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrété dimanche soir l’état d’urgence après deux attentats kamikaze contre des églises coptes qui ont fait au moins 44 morts à Alexandrie et à Tanta dans le delta. Les attentats ont été revendiqués par le groupe armé Etat islamique. Pour prendre effet, l’état d’urgence doit être approuvé par le Parlement où le président jouit d’une écrasante majorité.


Avec notre correspondant au CaireAlexandre Buccianti

L’état d’urgence donne de grands pouvoirs aux forces de sécurité en matière d’enquête, d’arrestation et de détention : ces dernières n’auront plus besoin que d’un ordre administratif. Un décret qui reflète la gravité de la situation puisqu’il n’était, jusqu’à présent, appliqué qu’à la province du Nord-Sinaï où se déroule un conflit sanglant entre les forces de sécurité et le groupe Etat islamique.

Le président a, par ailleurs, décrété que l’armée épaulera la police dans la sécurisation des infrastructures vitales dont les églises font partie. Un aveu implicite de l’échec de la police en la matière. Au moins 83 personnes ont été tuées dans une série d’attentats antichrétiens depuis le mois de décembre.

Inquiétude pour les droits de l’homme

Le décret instaurant l’état d’urgence a été bien accueilli par une bonne partie de la population, qui espère que l’état d’urgence rendra plus efficace la lutte contre le terrorisme. La législation d’exception a, par contre, été reçue avec beaucoup d’inquiétude par les défenseurs des droits de l’homme.

Ils craignent que les droits de l’homme soient la victime collatérale de la lutte contre le terrorisme. Ils en veulent pour preuve les condamnations successives à des peines de prison des adversaires d’une lecture radicale de l’islam, alors que les cheikhs salafistes qualifiant les chrétiens de « croisés mécréants » ne sont absolument pas inquiétés.

Les chrétiens d'Egypte fauchés par deux attentats du groupe EI

L'église copte de Tanta, le 9 avril 2017. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Chronologie et chiffres clés