rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Syrie

Publié le • Modifié le

Syrie: le quartier de Jobar à Damas à feu et à sang

media
Damas, le 19 mars 2017. Une épaisse colonne de fumée s'élève de Jobar, un quartier de l'est de la capitale syrienne en proie à de violents combats. AMER ALMOHIBANY / AFP

De violents combats ont eu lieu toute la journée de dimanche à Damas après une attaque-surprise de rebelles et de jihadistes vers le centre de la capitale syrienne. L’armée gouvernementale a lancé une contre-offensive pour reprendre les positions perdues.


Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

C’est l’une des attaques les plus violentes contre Damas depuis le début de la guerre, il y a six ans.

Elle a commencé par deux attentats suicide à l’aide de véhicules bourrés d’explosifs contre des positions de l’armée dans le quartier de Jobar, près de la place de Abbassides, à l’est de la capitale. Ce front n’est éloigné que de deux kilomètres du Vieux Damas et du secteur à majorité chrétienne de Bab Touma. D’autres kamikazes, sortis de tunnels creusés sous le quartier, ont attaqué les soldats syriens, suivis de dizaines d’autres combattants, qui se sont engouffrés dans la brèche ouverte dans les lignes de défense. Bénéficiant de l’effet de surprise, les jihadistes et leurs alliés ont pris plusieurs bâtiments, et ont tiré des obus et des roquettes sur la capitale.

Passé le moment de surprise, l’armée syrienne a lancé une contre-attaque. L’artillerie et l’aviation se sont relayées pendant des heures avant l’assaut de troupes d’élite, dépêchées en urgence sur ce front sensible.

Le bruit de la canonnade et les tirs de mitrailleuses étaient entendus dans tout Damas. Après des combats acharnés, l’armée a réussi à colmater la brèche dans ses lignes de défense, puis à récupérer des jihadistes plusieurs des positions perdues. Aucun bilan humain n'est pour l'instant connu.

Chronologie et chiffres clés