rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Liban Saad Hariri

Publié le • Modifié le

Liban: manifestation tendue contre l'augmentation des impôts

media
Beyrouth, le 19 mars 2017. Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés devant le siège du gouvernement (au dernier plan) pour protester contre l'augmentation des impôts. REUTERS/Alia Haju

Des incidents ont éclaté, dimanche à Beyrouth, entre les forces de l’ordre et des manifestants qui protestaient contre l’augmentation des impôts et la corruption qui mine le pays. Le Premier ministre, Saad Hariri, a été accueilli à coups de bouteilles d’eau et de jets de bâtons alors qu’il s’adressait aux manifestants.


Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Des milliers de personnes ont répondu à l’appel de partis politiques et de mouvements de la société civile, pour protester contre l’augmentation des impôts et des taxes pour financer une nouvelle grille des salaires dans le secteur public et les forces armées.
Les manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville de Beyrouth, non loin du Grand Sérail, qui abrite les bureaux du Premier ministre.

L’armée et la police ont déployé un important dispositif de sécurité pour empêcher les protestataires de marcher vers le siège du chef du gouvernement. Mais la tension est vite montée lorsque des groupes de jeunes ont tenté de forcer les barrières de sécurité, alors que la foule scandait des slogans accusant la classe politique de corruption et de collusion avec les plus nantis.

Le Premier ministre Saad Hariri a tenté de calmer les manifestants en s’adressant à eux par haut-parleur, pour les rassurer que son gouvernement prendra en compte leurs revendications. Mais son discours a été interrompu par des slogans hostiles et des jets de bouteilles d’eau et d’autres objets. Il a poursuivi son allocution et, en soirée, il a appelé les manifestants, dans un tweet, à amorcer un « dialogue positif » avec le gouvernement.

Toutefois, la grogne sociale semble s’installer au Liban et une autre manifestation est prévue mercredi.

Chronologie et chiffres clés