rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Irak Terrorisme

Publié le • Modifié le

Bataille de Mossoul: le groupe EI piégé dans son dernier grand bastion

media
Des combats acharnés sont encore à venir pour reconquérir la totalité de Mossoul, soulignent les autorités irakiennes. REUTERS/Thaier Al-Sudani

Les forces irakiennes annoncent avoir repris un tiers de Mossoul-Ouest. Selon l'envoyé spécial américain auprès de la coalition antijihadistes, les forces irakiennes ont coupé tous les accès à Mossoul, piégeant ainsi les combattants du groupe Etat islamique (EI) dans leur dernier grand bastion en Irak. Mais la bataille reste difficile.


Chaque jour, l'armée, comme la police irakienne avancent un peu plus dans Mossoul-Ouest. Ils seraient encore 2 500 jihadistes piégés dans Mossoul-Ouest et la ville voisine de Tal-Afar, selon des responsables américains. Des unités d'intervention rapide sont entrées ce dimanche dans Bab al-Toub, tout près de la vieille ville. Les forces irakiennes progressent donc régulièrement depuis le 19 février, depuis qu'elles ont lancé l'assaut sur la partie occidentale de Mossoul, pour chasser les combattants de l'organisation Etat islamique. La partie orientale, elle, a été libérée en janvier.

Mais la bataille est acharnée et Mossoul-Ouest reste à reconquérir. Et les affrontements sont difficiles. Il faut se rappeler que les hommes de l'organisation Etat islamique sont prêts à combattre jusqu'à la mort avec l'intention de laisser derrière eux le plus grand nombre de victimes possibles. Des victimes aussi bien militaires que civiles puisque des milliers de familles sont elles aussi prisonnières au milieu des combats. Investir militairement un quartier ne veut pas non plus dire en avoir le contrôle total.

A l'ouest, les ruelles sont étroites et les civils sont piégés dans leurs quartiers. L'armée irakienne accuse les jihadistes de se cacher au milieu de la population, d'utiliser beaucoup d'engins explosifs, de se transformer en snipers ou en kamikazes.

« Nous combattons un ennemi aux méthodes irrégulières », se plaint un porte parole des forces armées. L'organisation Etat islamique tient la ville de Mossoul - la deuxième d'Irak - depuis 2014. C'est son dernier grand bastion dans le pays. Les combattants jihadistes jouent donc leur va-tout et entendent combattre jusqu'au bout.

Arrivées par le sud, les forces irakiennes avancent progressivement vers la vieille ville. Elles se sont aussi placées au nord, afin d'encercler les jihadistes. Ce qui serait donc chose faite, si on en croit l'envoyé spécial américain à Bagdad, qui indique ce dimanche soir que tous les accès à Mossoul ont été coupés, piégeant de fait les combattants du groupe EI.
 

Chronologie et chiffres clés