rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Benyamin Netanyahu Vladimir Poutine Iran Russie Israël Syrie

Publié le • Modifié le

Netanyahu en visite à Moscou: l'Iran en plat principal

media
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, en compagnie du président russe Vladimir Poutine, lors de sa visite à Moscou en juin 2016. REUTERS/Maxim Shipenkov/Pool

Le Premier ministre israélien est attendu à Moscou ce jeudi 9 mars. Benyamin Netanyahu doit notamment s'entretenir avec le président russe, Vladimir Poutine. Et la crise syrienne sera au cœur de leurs discussions. La Russie est alliée au régime de Bachar el-Assad alors qu'Israël, voisin de la Syrie, est plus proche des rebelles. Derrière le sort syrien, c'est en fait la présence de l'Iran dans la région qui inquiète les Israéliens. Et Benyamin Netanyahu décrit cette rencontre comme « très importante pour la sécurité d'Israël ».


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

C'est une analyse qu'il partage avec le nouveau président américain. Benyamin Netanyahu le martèle: l'Iran représente à ses yeux une menace importante pour la sécurité au Proche-Orient. Et à trois jours de son déplacement à Moscou, il s'est encore entretenu avec Donald Trump « du comportement malveillant », dit-il, de la République islamique.

Dès dimanche, en ouverture du conseil des ministres, Benyamin Netanyahu avait affiché le but premier de cette visite en Russie. « L'Iran est en train d'essayer de s'établir de manière permanente en Syrie, avec une présence militaire au sol et en mer » avait-il déclaré. Une perspective totalement inacceptable pour les Israéliens.

C'est donc ce message que Benyamin Netanyahu portera au président russe, lui qui combat les rebelles syriens aux côtés de l'Iran. Israël veut éviter à tout prix que la République islamique ne s'installe à ses frontières ou que ses alliés du Hezbollah libanais ne se renforcent.

L'armée israélienne a d'ailleurs, depuis le début du conflit syrien, bombardé plusieurs dizaines de supposés convois d'armes de Syrie vers le Liban. Des interventions aériennes dans un espace où peuvent opérer également des militaires russes. Les deux pays devraient donc tenter de renforcer leurs accords afin d'éviter les accrochages.

Chronologie et chiffres clés