rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Grèce «tourne une page» après l'accord de la zone euro sur la dette (gouvernement grec)
  • Politique française: pour Benoît Hamon (Générations), «le macronisme est une forme de racisme social» (Franceinfo)
  • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
  • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire

Hassan Rohani Donald Trump Iran Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Rohani prévient Trump: «Il faut parler au peuple iranien avec respect»

media
Hassan Rohani a pris la parole devant des centaines de milliers d'Iraniens descendus pour manifester leur hostilité à Donald Trump. HO / IRANIAN PRESIDENCY / AFP

Le 38e anniversaire de la victoire de la révolution islamique a été l'occasion de nombreuses manifestations à travers le pays pour dénoncer les menaces du nouveau président américain Donald Trump.


Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

A Téhéran, ils étaient des centaines de milliers, peut-être même plus, à converger de dix points différents pour aller sur la place Azadi, qui signifie « liberté ». Les manifestants scandaient « mort à l'Amérique » mais aussi « mort à Israël », et portaient des pancartes hostiles au président Trump.

Du haut de la tribune, le président Hassan Rohani a mis en garde le nouveau président américain : « Aux Etats-Unis, certaines personnes inexpérimentées ont pris le pouvoir. Ils doivent savoir il faut parler au peuple iranien avec respect. Le peuple iranien donnera une réponse ferme à toute menace. »

Nouvelles sanctions

Le président Rohani a également ajouté que le peuple iranien est uni pour défendre ses forces armées. Le président Trump a en effet imposé de nouvelles sanctions après un test de missile fin janvier et a affirmé qu'il ne sera pas aussi gentil que son prédécesseur Barack Obama face à l'Iran.

Cette démonstration de force montre une nouvelle fois que Téhéran n'est pas prêt à reculer face aux menaces américaines.

 

Chronologie et chiffres clés