rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Syrie Turquie Kurdes

Publié le • Modifié le

Syrie: une «police libre» formée par la Turquie pour assurer la sécurité

media
Les bérets bleus sont formés et officiellement chargés par la Turquie d'assurer la sécurité dans la ville de Jarablous, au nord de la Syrie. REUTERS/Khalil Ashawi

La Turquie est de plus en plus impliquée dans le nord de la Syrie. Ankara vient de déployer une force de 450 hommes dans la ville syrienne de Jarablous. Présentée comme une force de police, cette unité est majoritairement composée d’anciens rebelles syriens. Leur mission : veiller au maintien de l’ordre dans les zones reprises aux jihadistes de l’organisation Etat islamique. Mais derrière ce déploiement se cache en réalité l’éternelle volonté turque de contrer les groupes kurdes dans la région.


Les bérets bleus équipés et entrainés par la Turquie sont aussi baptisés « la police libre » en référence à l’Armée syrienne libre, alliance de groupes rebelles hostiles au régime de Bachar el-Assad, et également soutenus par Ankara. Après cinq semaines de formation, les 450 hommes de cette police libre sont déployés à Jarablous, ville syrienne frontalière de la Turquie.

Le choix de cette localité ne doit rien au hasard. Jarablous est la première ville syrienne reprise au groupe EI lors de l’opération « Bouclier de l’Euphrate », cette offensive terrestre lancée par la Turquie l’été dernier.

Que ce soit dans le cadre de cette opération « Bouclier de l’Euphrate » ou avec ce nouveau déploiement policiers, à chaque fois la Turquie met en avant la lutte anti-jihadistes.

Pourtant, ce qui inquiète le plus la Turquie ce ne sont pas les combattants du groupe Etat islamique mais bel et bien les Kurdes. Hors de question donc pour Ankara de laisser ses éternels ennemis se renforcer et prendre racine à sa frontière.

Chronologie et chiffres clés