rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Ski: le Français Alexis Pinturault gagne son premier slalom depuis cinq ans à Val d'Isère
  • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
  • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
  • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
  • Culture: l'actrice Anna Karina est morte d'un cancer à 79 ans (agent à l'AFP)

Hors Antenne Mali Culture

Publié le • Modifié le

Paix et réconciliation à l'honneur du FESMACY

media
Le Nya, le Klè, le Tobignè, le Nankô, le Sirabani, le Mouskori...pendant plusieurs jours, le public a pu découvrir de superbes masques et divinités. Pierre Zonou

« Paix et réconciliation » : tel était le thème de la deuxième édition du Festival des masques et marionnettes du cercle de Yorosso (FESMACY), au Mali. Organisée du 19 au 21 mai dernier, la manifestation a permis au public de découvrir les riches traditions de cette localité située à l'est du pays, à la frontière avec le Burkina Faso.


Pour cette nouvelle édition du FESMACY, les organisateurs de l'événement avaient choisi comme thème « Paix et réconciliation à travers les masques et les marionnettes ».
Une thématique de circonstances puisque le Mali revient de très loin après la crise socio-politique et sécuritaire de 2012 (lire ci-dessous).
« Les masques et les marionnettes constituent un patrimoine qui consacre la cohésion sociale, le dialogue et la tolérance. Une continuité des valeurs sociétales qu'il ne faut jamais perdre et transmettre aux générations futures », a indiqué N'Diaye Ramatoulaye Diallo, la ministre de la Culture qui était accompagnée du Dr Nango Dembélé, ministre de l'Agriculture.

Le « Diho » ou société secrète des initiés

Au cours des différentes prestations, le public a ainsi pu découvrir les riches traditions initiatiques des masques et autres divinités célèbres comme le Nya, le Klè, le Tobignè, le Nankô, le Sirabani, le Mouskori, pour ne citer que celles-là.
Quant aux masques, ils s'articulent autour de la société secrète du « Diho », une divinité suprême incarnant l'homme, la nature ambiante et Dieu.
Ces sociétés d'initiation contribuent à la formation complète de l'homme, de son enfance à l'âge adulte. Les initiés en ressortent avec un caractère trempé comme l'acier, après avoir subi de multiples épreuves d'endurance, aux différentes étapes de leur vie.
La formation complète et pratique ainsi reçue vise essentiellement à leur transmettre la maîtrise de soi, la préservation de l'environnement, les valeurs de solidarité, d'hospitalité, d'équité, d'honneur, de dignité et d'amour de la patrie.
La tenue régulière de ce festival doit ainsi permettre de ressusciter ces valeurs culturelles traditionnelles et ancestrales pour montrer le vrai visage de la région.

Chronologie et chiffres clés