rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Droits des femmes Union européenne

Publié le • Modifié le

#SheisWe, une campagne sur le rôle des femmes dans les pays en développement

media
La ranger du Parc national des Virunga en RDC, Jolie Kavuhgo, est l'une des figures de la campagne #SheisWe. eudevdays.eu

Les Journées européennes du développement, organisées par la Commission européenne les 5 et 6 juin derniers, ont été axées cette année sur les femmes et les filles dans le développement durable. Une campagne digitale intitulée « #SheisWe » (« Elle est nous », en français) a été lancée à cette occasion pour permettre à des personnalités de porter le message et raconter des destins exemplaires de femmes dans les pays en développement. Un franc succès sur internet, comme sur place à Bruxelles.


« Elle réussit ses examens, nous excellons ». « Elle est en bonne santé, nous avons un avenir ». « Elle est financée,  nous sommes embauchés ». Voici trois des messages portés par les célèbres Youssou N'Dour, Denis Mukwege et Muhammad Yunus pour la campagne #SheisWe. Lancée le 4 mai sur les réseaux sociaux, un mois avant les dernières Journées européennes du développement (JED), elle a rencontré un franc succès, avec 46 000 tweets générés pour une audience potentielle de 459 millions de personnes. Les JED, un événement annuel organisé par l’agence de communication belge Phrenos pour le compte de la Commission européenne, a tourné cette année autour d’un thème central : la fille et la femme.

Après le Festival de Cannes et son jury majoritairement féminin, le monde du développement s’est emparé à son tour de la question de genre. Un sujet dans l’air du temps depuis la campagne #MeToo, qui s’est déclenchée de manière spontanée en octobre aux Etats-Unis lorsque le scandale Harvey Weinstein a éclaté.

Des panels, des bannières et des stands photo

Tous les stands et les panels de discussions, dans le centre d’exposition Tour et Taxis de Bruxelles, étaient consacrés au rôle de la femme dans le développement en Afrique, en Asie et en Amérique latine. L’espace était ponctué de points photo #SheisWe où les participants pouvaient faire des selfies en plus des bannières disposées partout pour mettre en exergue des citations ou des portraits.

Parmi les invités de marque des JED figuraient des hommes, certes, comme le président du Rwanda Paul Kagame ou le ministre et chanteur sénégalais Youssou N'Dour, mais aussi beaucoup de figures anonymes – qui le sont un peu moins aujourd’hui. Parmi elles, Jolie Kavuhgo, ranger du Parc national des Virunga, situé en zone de conflit dans le Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Son travail de protection des animaux contre les braconniers a été raconté notamment par le documentaire Virunga The Movie, disponible sur Netflix. Les attaques de groupes armés ont forcé le parc à fermer, et l’une des 25 collègues femmes de Jolie Kavuhgo a été tuée en mai dernier. Son avis sur la campagne #SheisWe, qui lui a permis d’être interviewée par plusieurs médias à Bruxelles et de voir sa photo reproduite sur internet ? « C’est une initiative importante, parce que les gens peuvent être inspirés par les exemples de ce que les femmes peuvent faire… Et tout le monde nous soutiendra plus au final ».

Dans les panels figurait un autre ressortissant de la RDC, le docteur Denis Mukwege, qui a témoigné sur son travail de prise en charge des femmes et des filles victimes de violences sexuelles dans la province du Sud-Kivu, dans son hôpital de Panzi. « Ce sont elles et les enfants qui paient le plus lourd tribut lorsqu’il y a conflit. Il faut tenir compte dans les soins de l’ensemble de la personne pour obtenir le résultat recherché : l’autonomie et la liberté de la femme dans la société, en lui donnant les outils pour se battre dans un environnement hostile ».

Des hommes parmi les ambassadeurs de la campagne

Le célèbre gynécologue congolais a fait partie des ambassadeurs masculins de la campagne aux côtés de Phumzile Mlambo-Ngcuka, ancienne ministre sud-africaine devenue directrice d’ONU Femmes et Leymah Gbowee, militante libérienne des droits des femmes et Prix Nobel de la paix, entre autres.

Le gynécologue Denis Mukwege est l'une des figures masculines qui soutient la campagne #SheisWe. eudevdays.eu

L’idée du message clé de la campagne revient à Nicolas Esgain, directeur de l’agence Phrenos. « Le message est inclusif, pacifique, non belliqueux et interactif… Il n’oppose pas les hommes aux femmes mais rappelle au contraire que la promotion, le soutien et le financement des femmes bénéficie à tous, à la communauté en général ». C’est ce qu’explique le stratège digital de la campagne appelé par Phrenos, Christophe Ginisty, gourou français de la communication et de « l’e-réputation » installé à Bruxelles, ancien président en 2013 de l’International Public Relations Association (IPRA). La formule « She is We » ne fonctionne pas forcément en anglais, comme l’a fait remarquer une participante britannique des JED, mais elle synthétise les messages portés : « Elle fait ceci, nous bénéficions de cela ». Une question a été systématiquement posée par le visuel de la campagne : « Who is She for you ? » (Qui est-elle pour vous ?), générant un flot de réponses diverses et variées.

La campagne a tapé dans le mille, avec des histoires concrètes de femmes « ordinaires » comme Jolie Kavugho en RDC, Asres Negash en Ethiopie ou Angeline Chong en Malaisie, qui manquent souvent de reflets dans les médias de leurs propres sociétés. Le visuel proposé comme tagline a été repris par 1 230 internautes qui ont imaginé leur propre message, en plus des 46 000 tweets émis par 15 000 comptes différents. Un franc succès, donc, avec un grand nombre de reprises en Europe et en Afrique, notamment au Kenya.