rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Sports Maroc Algérie Afrique du Sud Lesotho Tourisme

Publié le • Modifié le

Vacances de ski: les stations des cimes africaines

media
Oukaimeden au Maroc, sports d'hiver. Sabine Cessou/RFI

Les sports d’hiver ne sont pas l’apanage des Alpes ou du Colorado. Les élites comme les classes moyennes africaines fréquentent leurs stations de ski, d’Oukaimedem dans le Haut Atlas marocain au massif du Djurdjura en Algérie, en passant par le Drakensberg, en Afrique du Sud et au Lesotho.


A deux heures de route de Marrakech, la station de ski d’Oukaimedem, à 3 232 mètres d’altitude dans le Haut Atlas, offre un panorama de rêve, au-dessus de la vallée de l’Ourika. On peut y chausser de janvier à fin mars des skis à des tarifs bien plus accessibles qu’en Europe – pour du matériel un peu plus « vintage », il est vrai. Trois téléskis et un télé-siège desservent une vingtaine de pistes où il n’y a jamais foule. Le ski de piste est aussi possible pour admirer en toute sérénité le sommet du mont Toukbal. Des luges sont à louer pour les enfants, et pour ceux qui ne sont pas habitués à la glisse, il est toujours possible de faire un tour à dos d’âne.

Pour les aventuriers en quête d’adrénaline – plus souvent étrangers que Marocains – prêts à descendre en compagnie de guides de haute montagne expérimentés et formés au risque d’avalanche, en hors piste, les pentes du mont Toukbal, un service d’hélicoptère basé dans la vallée de l’Ourika permet d’être déposé en 35 minutes au dessus du village berbère de Setti-Fatma. Michlifen, une autre station de ski située près d’Ifrane – surnommée « la petite Suisse du Maroc » - déroule de son côté cinq pistes à 2 000 mètres d’altitude et se voit fréquentée par la jet set marocaine – le roi Mohammed VI y possédant lui-même un palais.

A Tikjda, dans le parc national du Djurdjura au nord de l’Algérie, la neige enchante à 1 600 mètres d’altitude les skieurs venus d’Alger, située à 150 kilomètres, soit deux heures de route. Par temps clair, on peut voir la mer Méditerrannée, au loin, et les adeptes du pique-nique aiment aussi cette excursion d’une journée, dans les forêts de cèdre et de pins noirs de cette partie de la Kabylie. La sécurité a fait son retour dans ce complexe, déserté durant la décennie noire des années 1990, car les groupes islamistes armés avaient fait des grottes des environs leurs « planques ». En été, Tikjda offre comme Oukaimeden au Maroc d’infinies possibilités de randonnée dans des paysages de toute beauté.

Skier en juillet dans le Drakensberg

En Afrique du Sud, les amoureux de la montagne peuvent skier entre juin et août, durant les trois mois que dure l’hiver austral. Le massif du Drakensberg peut s’aborder sous deux versants. Côté sud-africain, il faut se rendre dans la province de l’Eastern Cape (Cap oriental, ancien Transkei) à la frontière du Lesotho pour aller skier à Tiffindell, située à 2 720 mètres d’altitude sur le versant sud du mont Ben Macdhui. Cette station a été fondée en 1993, à la fin de l’apartheid, par des Sud-Africains blancs fous de sports d’hiver. Qu’il neige ou pas, ses 2 km de pistes sont fréquentables pendant trois mois, puisque Tiffindell s’est équipée de machines à neige artificielle.

Les autorités sud-africaines défendent leur joyau enneigé à l’international : « En 2017, nous avons eu plus de 80 skieurs internationaux venus de 18 pays pour des compétitions dans lesquelles nos skieurs locaux étaient aussi présents », déclare ainsi à l’agence Reuters Peter Pilz, le président de Snow Sports South Africa. « Nous sommes devenus une alternative populaire à la Nouvelle-Zélande et l’Amérique latine, où les skieurs d’Europe se rendent traditionnellement à contre-saison durant l’été européen ».

L'inaccessible Kilimandjaro

Côté Lesotho, dans une atmosphère plus « africaine » au bout d’une longue route tortueuse et spectaculaire, la micro-station d’Afriski, à 3050 mètres, permet d’admirer les montagnes de Maluti et de s’initier au ski sur 1 km de piste.

Quand au sommet le plus élevé d’Afrique, le mont Kilimandjaro, qui culmine à 5 895 mètres d’altitude, il ne se pratique pas en ski. Ce sport a été interdit par les autorités du Parc national du Kilimandjaro en Tanzanie, car jugé trop dangereux sur les glaciers de ses trois volcans éteints. Et ce, au grand dam des lecteurs des Neiges du Kilimandjaro, une nouvelle d’Ernest Hemingway publiée en 1936, comme des admirateurs de l’Américain Stephen Koch, le premier à avoir transporté illégalement son snowboard sur les pentes du volcan, avec le photographe Wade McKoy en 1997. Même le trek y reste une activité risquée, qui a coûté la vie à un ressortissant français en 2014 à cause du « mal des montagnes ».

Chronologie et chiffres clés