rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Culture Islam

Publié le • Modifié le

Histoire et art: les cultures de l’islam en Afrique subsaharienne

media
Tombouctou tient une place de choix dans le catalogue de l'exposition de l'Institut du monde arabe sur les trésors de l'islam en Afrique. SÉBASTIEN RIEUSSEC / AFP

Vous cherchez une idée de cadeau intelligent ? Pourquoi pas le catalogue de l’exposition de l’Institut du monde arabe, à Paris, consacrée à l’épanouissement de l’islam en Afrique, à mi-chemin entre recueil de textes historiques et anthropologiques et beau livre ? Il est sûr de pouvoir assurer à son destinataire quelques heures agréables de contemplation, tout en répondant à sa curiosité sur la richesse des cultures de l’islam en Afrique subsaharienne.


Trésors de l’islam en Afrique : de Tombouctou à Zanzibar n’est pas tout à fait un catalogue de la passionnante exposition du même nom qu’a accueillie l’Institut du monde arabe, à Paris, entre avril et juillet 2017. L’ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la propagation de l’islam en Afrique subsaharienne, à ses modalités de diffusion et à ses conséquences tant sur le plan du vécu que sur celui de la pensée et de la création artistique.

L'ouvrage réunit une trentaine de textes, signés par des grands spécialistes : des anthropologues de l’islam, des historiens de l’Afrique et de ses arts et des africanistes de renom, qui reviennent en quelques feuillets sur les idées et les questions qui ont inspiré l’exposition. C’est l’ethnologue éminent Jean-Loup Amselle, connu pour son travail pionnier sur le fait ethnique en Afrique, qui signe le texte inaugural, soulignant la pluralité des cultures de l’islam en Afrique. Son essai intitulé « Islams africains, islams pluriels » rappelle clairement les enjeux dès le titre.

Magnifiquement illustré de cartes, de plans anciens des villes parfois millénaires telles que Tombouctou, mais aussi de photos des monuments, des stèles, des livres calligraphiés, des boubous brodés, des bijoux en argent filigranés et des installations d’art contemporain qu’on a pu voir pendant l’exposition, l’ouvrage relève autant de l’anthologie érudite que de la catégorie de « Beaux-livres » que l’on peut offrir sans craindre d’ennuyer le destinataire par la spécialisation des propos. Le singulier effort de vulgarisation fait par les auteurs réunis contribue à l’intérêt de cet ouvrage pour le grand public.

Propos

Comme le rappellent les commissaires de l’exposition qui ont participé avec l’éditeur à la préparation de ce catalogue, treize siècles nous contemplent du fond de ces pages. « Dès le VIIIe siècle, écrivent-ils, l’islam se diffuse en Afrique subsaharienne, généralement dans le sillage des marchands et le plus souvent pacifiquement. […] La diffusion de la religion entraîne l’épanouissement de sociétés nouvelles dont la singularité se mesure dans la création artistique. »

C’est cette création à la fois architecturale et artistique qui constitue le cœur de l’ouvrage inspiré de l’exposition de l’IMA. Elle ponctue le parcours que racontent les auteurs des Trésors, un parcours qui nous conduit du Maroc au Sénégal, en passant par l’Ethiopie, le Kenya et bien d’autres pays où l’imaginaire comme le vécu ont été profondément transformés par la rencontre avec l’islam. Cette rencontre déboucha sur l’émergence des centres d’étude et d'érudition comme la ville de Tombouctou ou des centre commerciaux majeurs sur les rives africaines de la mer Rouge tels que Zayla, évoqués par Ibn Battûta dans ses chroniques de voyages au XIVe siècle. Les chemins de l’islam racontés de long en large dans ces textes passent par ces lieux devenus aujourd'hui historiques, voire mythiques.

On rencontrera aussi dans ces pages des personnalités iconiques tels que l’empereur Mansa Moussa ou Ahmed Baba qui furent en leur temps des supports de la diffusion et de l’enracinement des lumières de l’islam dans l’Afrique subsaharienne. La légende de Mansa Moussa, célébrée dans les sources arabes pour l’héritage islamique de paix qu’il a laissé, reste encore vivace dans les esprits des Africains.

On est ici loin, très loin, de la « barbarie » jihadiste à laquelle l’islam africain est trop souvent réduit de nos jours.


Trésors de l’islam en Afrique : de Tombouctou à Zanzibar, ouvrage conçu à l’occasion de l’exposition du même nom présentée à l’Institut du monde arable, à Paris, du 14 avril au 30 juillet 2017. Silvana Editoriale, 205 pages, 25 euros.