rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Colombie Commerce et Echanges Agriculture et Pêche

Publié le • Modifié le

[Reportage] Colombie: la Plaza Minorista, le «Rungis de Medellin»

media
Luis Guillermo Alvarez Duran travaille au marché de Plaza Minorista depuis son inauguration. Najet Benrabaa/RFI

C'est le plus gros marché de fruits et légumes, poissons et viandes de la ville. Il est si célèbre qu'il fait partie des tours touristiques de Medellin. Ses variétés de produits sont grandioses et les prix défiants toute concurrence. Outre l'alimentation, on y trouve des restaurants, des bistrots, des brocanteurs qui cachent de nombreuses anecdotes et trésors de la ville. Inauguré le 15 août 1984, la Plaza Minorista réunit des milliers de commerçants.


De notre correspondante à Medellin,

Installée au cœur de la ville, au pied d'un métro, la place grouille de monde, de vendeurs, de taxis, de camions. C'est un marché aux mille couleurs et mille visages qui semblent ne jamais s'arrêter de vivre. Tous les jours, à 4h30, ses 18 portes s'ouvrent pour accueillir des Colombiens et des étrangers. Particuliers et professionnels se perdent dans les couloirs.

On y trouve de tout, à tous les prix. Il se dit que ce sont les plus compétitifs de la ville. De fait, ils attirent de nouveaux clients sans cesse. Les étrangers aiment s'y balader pour prendre des photos colorées aux fruits exotiques d'Amérique latine. En effet, les fruits viennent de plusieurs pays et certains même d'Europe.

La présence de produits français

Alex Sanchez derrière son étal. @Najet Benrabaa/RFI

Alex Sanchez travaille depuis dix ans dans l'affaire familiale avec son père et son oncle. Sa marchandise est internationale : « Le plus intéressant ici, c'est la variété des fruits. Nous avons des centaines de kilos de fruits et légumes colombiens pour la majorité, mais aussi du Chili et même de la France. Par exemple, les kiwis que nous vendons en ce moment sont français. Tous les 2 à 3 jours, on reçoit entre 100 et 200 kilos de fruits par variété de produits. C'est nécessaire car cette place étant centrale dans la ville, elle attire un maximum de monde

Sa voisine à l'étage, Karelis Rodriguez, s'est installée il y a tout juste quatre mois. Le meilleur choix de sa carrière professionnelle, selon la jeune femme. « Avant, je travaillais avec une entreprise nommée Casa Familia. C'était très différent. Ici, vraiment, ça paie bien. On est libres de rester ou non. On paie l'espace et on part quand on veut. Du coup, on peut acheter le point de vente ou juste le louer. C'est une liberté appréciable. Et j'ai de nouveaux clients tous les jours.»

Une histoire de modernisation

Depuis son ouverture en 1984, les points de vente se sont multipliés pour atteindre 1 250. En moyenne, près de 7 000 commerçants fixes exercent dans ces 34 000 m3 de marché. Luis Guillermo Alvarez Duran y travaille depuis son inauguration. « Au début, ça a été difficile. La place a été construite avec seulement 5 portes. Aujourd'hui nous en avons 18. Si on compte au minimum 2 personnes ou plus par point de vente, au total, on arrive, en moyenne, à environ 8 000 personnes travaillant quotidiennement dans la place. Du côté des clients, on a 6 000 visiteurs en semaine, et en fin de semaine, on arrive jusqu'à 30 000. »

Outre la gestion du personnel de nettoyage de la Plaza Minorista, Luis est également propriétaire d'un café dans le marché. Ce lieu, c'est toute sa vie. A 57 ans, il en parle encore avec les yeux qui brillent : «Je me suis construit avec cette place. J'ai fondé ma famille grâce à la Minorista. J'ai 6 enfants. Ici, je gère personnel d'entretien, soit plus de 250 personnes, 450 transporteurs extérieurs, et les vendeurs ambulants. Chaque jour, on a plus de 14 tonnes de déchets. 70% sont organiques et 15% sont recyclés. C'est beaucoup de travail mais cette place est toujours en modernisation. C'est intéressant. »

Des clients sous le charme

Rosio Vivares est Colombienne. Elle vit depuis une cinquantaine d'années au Venezuela. En vacances à Medellin, elle découvre le marché. « Je suis vraiment admirative. Je suis ravie et fière de découvrir ce marché. Les gens sont très accueillants. Je ne peux que les féliciter. C'est une merveille. Si je pouvais trouver ça au Venezuela, je ne cesserai de manger.»

Felix Plata et sa femme sont de Bogota. Vivant à Medellin, c'est avec un chariot qu'ils font leurs courses. Malgré tout, ce client exigeant et régulier souhaiterait quelques améliorations : « Il y a une forte énergie antioqueña (Sic* nom du département). C'est très bien conservé et avec de magnifiques couleurs, des produits d'une qualité impressionnante. Pour moi, il n'y a qu'un défaut : le manque de promotion des fruits et légumes organiques, sans produits chimiques. Je sais qu'il y en a beaucoup ici, mais ce n'est pas valorisé. Malgré tout, cette place reste attractive aussi car elle est dans une ville magnifique. » Il termine alors en Français et non en espagnol : « Venez, il faut venir voir Medellin au moins une fois dans sa vie. »

Banques, centre de consultations médicales, restaurants, cafés, salle de gym, et même une chapelle pour des cérémonies religieuses... La Plaza Minorista regorge de services. C'est un cœur commercial si riche en diversité que les Paisas, les habitants de Medellin, le disent eux-mêmes : «Tout se négocie et se trouve à la Minorista.»

Chronologie et chiffres clés