rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Voyage Découverte France Patrimoine

Publié le • Modifié le

Chambord, une destination à part entière

media
Le Château de Chambord © Ludovic Dunod

Le plus grand château français de la Renaissance a récemment retrouvé les jardins qui ont longtemps magnifié sa longue façade principale. Mais le monument n’est qu’un écrin niché au cœur d’une fascinante forêt à découvrir aussi. Mêlant art, histoire et nature de façon singulière, Chambord est une destination à part entière qui surprend et enthousiasme derrière son image apparemment familière.


La nouveauté : parterres et broderies

Pour accentuer le faste d’un monument connu dans le monde entier, rien ne vaut un imposant jardin à la française avec des parterres agrémentés de broderies et des charmilles rythmant les allées rectilignes.
Grâce au 3,5 millions d’euros versés par le mécène et milliardaire américain Stephen Schwarzman, le plus célèbre des châteaux de la Loire a retrouvé un tel décor au printemps 2017. Ces jardins avaient été livrés en 1734 à Stanislas Leszczynski, roi de Pologne en exil, beau-père de Louis XV et résident au château.
Cette reconstitution (forcement royale !) résulte d’un long et minutieux travail ayant d’abord fait appel à l’archéologie. Les fouilles ont permis de retrouver la trace exacte des plantations du XVIIIe siècle et de restituer le tracé originel. Grâce à ces recherches, les archéologues ont aussi pu confirmer la présence d’un jardin peut-être médiéval ainsi que d’une première tentative de jardins à la française sous Louis XIV.

Le jardin à la française du château de Chambord, reconstitué en 2017 © Château de Chambord

Désormais, le promeneur plonge dans un univers rectiligne et majestueux composé de pelouses, d’ifs et de tilleuls taillés typiques de ce style de jardins. Pour rehausser ce grand monochrome vert, des roses Catherine Deneuve donnent une touche délicate et féminine à cet ensemble paysager. Ce type de rosier a été choisi comme un clin d’œil au tournage, en partie au château, de « Peau d’âne », film culte de Jacques Demy dont le rôle-titre était tenu par la célèbre actrice française.

Le plus singulier des châteaux français

Si les jardins redonnent du faste aux abords du château, ils n’en constituent pas l’intérêt majeur qui pousse ici des centaines de milliers de visiteurs chaque année. C’est bien le monument en lui-même qui charme et intrigue d’abord. Cette imposante résidence de chasse, voulue par François Ier dès 1519, apparait au milieu des bois comme un enchantement.
La multitude des cheminées, fenêtres à pinacle et clochetons lui donne l'allure d'un château de conte de fées. Le grand escalier intérieur à double révolution s’apparente à une sculpture géante. Les terrasses du toit, construites à l'image d'un village perché, invitent à une promenade suspendue. Mais derrière son allure pittoresque méfiez-vous vraiment des apparences car Chambord est loin d’être un château comme un autre !
En arrivant ici, le grand public est loin de se douter de la vraie nature du château, manifeste politique et œuvre d’art radicale. François 1er a voulu Chambord comme un laboratoire architectural. Ici, ingénieurs, architectes et artistes ont mis en pratique les innovations les plus conceptuelles de la Renaissance. Exercice de géométrie symbolique, le château a aussi une distribution singulière. Il est composé de 48 appartements standardisés qui devaient accueillir sur un pied d’égalité la cour et le roi. Mais François 1er a également conçu cette résidence comme un immense livre glorifiant l’autorité divine du souverain. Les visites guidées ou la vaste salle multimédia du rez-de-chaussée s'attachent à révéler ces aspects singuliers et surprenants.