rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Terrorisme Paris

Publié le • Modifié le

Attaque à la préfecture de police: zones d’ombre autour d’un imam de Gonesse

media
L'auteur de l'attaque à la préfecture de police de Paris, Mickaël Harpon, fréquentait la mosquée de Gonesse, en région parisienne, mais rien n'établit à ce stade que l'imam de cette mosquée ait participé à sa radicalisation. REUTERS/Philippe Wojazer

En France, l'enquête sur la tuerie de la préfecture de police de Paris se poursuit. Elle a révélé une faille dans le système : l’un des imams de la mosquée que le tueur fréquentait à Gonesse, dans le Val d'Oise, avait été signalé à la DGSI, les renseignements.


Avant Gonesse, Ahmed Hilali officiait en 2015 à Sarcelles, une ville voisine. Là, les responsables de la mosquée dénoncent les prêches radicaux de ce marocain de 35 ans au maire, à l'époque François Puponni, aujourd'hui député.

« Bien entendu, qu’est-ce que je fais dans ce cas-là, c’est saisir les services de renseignement pour leur demander de regarder ce qui se passe. Et un jour, le secrétariat de la préfecture me téléphone en disant : « " nous allons expulser M. Hilali ". »

Mais cette OQTF, Obligation de quitter le territoire français n'a jamais été appliquée. Officiellement, elle avait pour objet le non-paiement de la pension alimentaire à son ex-compagne, et non son travail à la mosquée.

Et cela n'étonne pas François Pupponi qui rappelle que le fondamentalisme n'est pas un délit en France : « Je sais que dans ce cas-là, le service de la préfecture essaie de trouver le bon moyen juridique de l’expulser sans se faire recaler dans les tribunaux. »

Deux ans plus tard, Ahmed Hilali arrive à Gonesse sans que le maire de la ville ne soit au courant de son passé à Sarcelles. Jean-Pierre Blazy le regrette.

« J’aurai réagi et très fortement, bien évidemment. La prévention de la radicalisation en tant que maire sur des territoires de banlieue, on veut agir à condition évidemment à commencer par être informé. »

Comme François Pupponi, Jean-Pierre Blazy demande la transparence sur le parcours de cet imam.

À lire aussi : Attaque à la préfecture de Paris: les derniers éléments de l'enquête

Chronologie et chiffres clés