rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Union européenne

Publié le • Modifié le

France: l'arrivée remarquée de Sylvie Goulard à la Commission européenne

media
Sylvie Goulard désignée commissaire européenne au Marché intérieur, ce mardi 10 septembre 2019. REUTERS/Charles Platiau

Au moment même où sa nomination à la Commission européenne devenait officielle, Sylvie Goulard était entendue ce mardi 10 septembre par les policiers enquêtant sur les soupçons d'emplois fictifs du MoDem au Parlement européen. D'ores et déjà, l'arrivée de la Française à un vaste portefeuille économique ne passe pas inaperçue.


Sylvie Goulard vient d'être nommée commissaire au Marché intérieur, chargée de l'industrie de la Défense. Mais des informations recueillies par des confrères du magazine Le Point ont révélé qu'elleavait été entendue, ce même jour, par les policiers enquêtant sur les soupçons d'emplois fictifs du MoDem au Parlement européen.

Ce télescopage des calendriers politique et judiciaire, provoque quelques grincements de dents. La tête de liste Les Républicains aux dernières élections européennes, François-Xavier Bellamy, interrogé par RFI, n'a pas manqué de faire part de sa surprise.

Sylvie Goulard est évidemment une personne de qualité dont les compétences ne sont pas en cause mais je m'étonne qu'elle ait démissionné d'elle-même à la suite d'une affaire qui la mettait en cause et qui a d'ailleurs un lien avec le Parlement européen. Et que ce qui semblait la disqualifier en tant que ministre ne l'empêche pas d'être récupérée comme commissaire. Je crois que c'est un mauvais signal donné à nos partenaires européens, donner le sentiment que quelqu'un qui n'a pas la qualification ou qui n'est pas assez libre sur le plan judiciaire pour pouvoir assumer une fonction ministérielle puisse assumer une fonction à la Commission européenne.

François-Xavier Bellamy, députée européen 10/09/2019 - par RFI Écouter

 

En 2017, Sylvie Goulard avait en effet quitté son poste de ministre des Armées en raison de cette affaire qui n'a pas épargné non plus François Bayrou et Marielle de Sarnez, obligés de démissionner de leurs postes au sein du gouvernement.

Le 30 août dernier, le Parlement avait clos l'affaire. Non sans un remboursement de Sylvie Goulard, assure son entourage. Ce remboursement de 45 000 euros brut équivaudrait aux salaires et charges de son assistant parlementaire Stéphane Thérou et « concerne la période d'emploi de l'assistant du 1er juillet 2014 au 28 février 2015 », selon une source proche de l'enquête contactée par l'AFP.

Chronologie et chiffres clés