rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Transport

Publié le • Modifié le

France: un rapport pointe les problèmes de maintenance du réseau ferré français

media
Le rapport du « gendarme du ferroviaire » met en lumière les problèmes de maintenance sur le réseau ferroviaire français. REUTERS/Regis Duvignau

Six ans après le déraillement d’un train de passagers à la gare de Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne qui a causé la mort de sept personnes, l'état du réseau ferré en France laisse toujours à désirer. C’est la conclusion d’un audit technique effectué par l’Etablissement public de la sécurité ferroviaire. Le rapport confidentiel de cet organisme indépendant, baptisé le « gendarme du ferroviaire », a été dévoilé par nos confrères du journal Le Parisien. La SNCF minimise et se défend.


Les enquêteurs du « gendarme du ferroviaire » ont passé au crible quatorze mille kilomètres des voies ferrés, soit près de la moitié du réseau SNCF en France. Et le constat de leur audit est inquiétant. Les problèmes de maintenance de l’infrastructure à l’origine des accidents comme celui de Brétigny en 2013 perdurent.

Câbles électriques rongés par les rats, boulons desserrés ou manquants sur les éclisses, défauts de signalisation... Les auteurs du rapport pointent des dizaines, voire des centaines d’anomalies. Ils mettent aussi en cause le suivi, peu rigoureux selon eux, de la maintenance du réseau, avec certaines réparations qui sont sur la liste d’attente depuis un an.

30 % d’accidents ferroviaires en moins

La SNCF pour sa part se défend contre ces accusations et évoque au contraire une amélioration de la sécurité et le nombre d’accidents ferroviaires, qui a baissé de 30 % en trois ans. Elle assure également que la rénovation du réseau est sa priorité avec 3 milliards d'euros investis chaque année et des contrôles qui n’étaient jamais aussi fréquents qu’aujourd’hui.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, interrogée sur ce rapport s’est aussi voulue rassurante. Elle a promis d’être vigilante et d'apporter des correctifs tout en remarquant que l’EPSF a la possibilité d’arrêter un équipement et la circulation. S’il ne l’a pas fait, suggère-t-elle, c’est qu’il n'y a pas eu de problèmes de sécurité immédiat.

Chronologie et chiffres clés