rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Présidentielle au Sri Lanka: ouverture des bureaux de vote
  • Californie: l'adolescent qui a ouvert le feu dans la cour de son lycée est mort de ses blessures
  • Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués dans des affrontements
  • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
  • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1

France Internet Réseaux sociaux Santé animale

Publié le • Modifié le

France: la maltraitance animale en ligne révolte les internautes

media
Dans une vidéo, on peut voir un homme arracher avec ses dents la tête d'un coq vivant (Image d'illustration). Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0 F. Kunz Greifenstein

Pas une semaine sans que les réseaux sociaux en France ne diffusent des vidéos choquantes témoignant d’une cruauté sans bornes à l’encontre des animaux. Des milliers d’internautes écœurés par ces actes barbares à répétition exigent des réseaux sociaux qu’ils bannissent les auteurs de ces diffusions nauséabondes.


Deux affaires de maltraitance animale viennent coup sur coup de se répandre sur la Toile. La première, est une vidéo captée par smartphone fin juin, lors d’une soirée entre amis dans un bar-restaurant du sud-ouest de la France. Un jeune homme arrache la tête d’un coq vivant avec les dents avant de la recracher. « Écœurant ! À quel moment dans ta vie tu te dis que tu vas pouvoir réaliser cet acte ignoble ? » Fulminent la plupart des twittos.

Un représentant de la fondation Brigitte Bardot luttant contre la cruauté animale a fini par identifier l’égorgeur âgé de 22 ans : il s’agit du champion du Pays basque de pelote à main nue. La Fondation a porté plainte auprès du parquet de Bayonne. L’homme dit être conscient de son acte et qu’il est prêt à l’assumer. Il risque jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour « faits de cruauté envers un animal ». Par ailleurs, les internautes ont mis en ligne des pétitions pour que ce joueur professionnel soit banni de l’équipe de France de pelote basque, voire même exclu de la fédération.

Un chaton maltraité

Diffusées sur Snapchat, des vidéos montrent une jeune fille s’amusant à plonger l’animal dans l’eau, puis à le lancer en l’air, après quoi il retombe violemment sur le sol. Plusieurs séquences du même acabit sont publiées. De nombreux twittos se mobilisent et parviennent à communiquer avec celle qui est en train de filmer. « Je n’ai jamais eu de chats qui sont morts parce que je les ai balancés. Mon chat, il n’est pas maltraité » réplique la vidéaste.

►À écouter aussi :Autour de la question - Comment changer de regard sur les animaux ?

Excédés par les réponses de la gamine, les internautes signalent le délit sur la plateforme Web Pharos, le portail de signalement des contenus illicites en ligne. « Des investigations sont en cours pour retrouver les auteurs des faits. Surtout ne republiez pas ces vidéos » annonce la police nationale sur Twitter. « Je n’ai pas réalisé la gravité de mes actes. J’ai décidé de me rendre à la gendarmerie pour me dénoncer » a rédigé sur Snapchat l’une des jeunes filles.

Combien de chatons torturés, de coqs égorgés faudra-t-il encore et encore pour faire comprendre aussi aux responsables des réseaux sociaux que laisser ces vidéos sans réagir sur leur plateforme constitue un délit, déplorent aujourd’hui la plupart des associations de protection des animaux.

►À écouter aussi : 7 milliards de voisins - Faut-il repenser nos rapports aux animaux ?

Chronologie et chiffres clés