rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Ski: le Français Alexis Pinturault gagne son premier slalom depuis cinq ans à Val d'Isère
  • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
  • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
  • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
  • Culture: l'actrice Anna Karina est morte d'un cancer à 79 ans (agent à l'AFP)

France Drogue Santé et médecine

Publié le • Modifié le

Cannabis thérapeuthique, cannabis à usage récréatif: où en est-on en France?

media
Plants de cannabis. Se soigner avec cette plante pourrait bientôt devenir légal en France (image d'illustration). Getty Images

Le cannabis thérapeutique pourrait bientôt devenir légal en France avec une expérimentation dès le premier semestre 2020. Mais à condition que ce tout premier essai soit très réglementé. Le comité d'experts mandaté par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dévoilé les règles qui encadreraient cette expérimentation.


Le cannabis thérapeutique ne sera pas accessible n'importe comment et à n'importe qui. Avant tout : oubliez les joints qui se fument ! Le stupéfiant sera proposé en gélules, en huile ou en sprays. Les traitements seront effectués par des médecins spécialistes, formés au préalable sur le sujet. Et les patients seront soigneusement sélectionnés en fonction de leur pathologie.

Le cannabis thérapeutique pourra ainsi être prescrit dans cinq cas bien précis :

  • pour les douleurs neuropathiques, en lien avec les nerfs, comme les sciatiques par exemple
  • pour soulager les malades de la sclérose en plaques
  • pour traiter les épilepsies sévères
  • pour atténuer les douleurs et nausées des malades de cancer
  • et enfin pour calmer les angoisses des patients en soins palliatifs

Pourquoi choisir ces cinq cas ? Tout simplement parce que les traitements plus classiques ne parviennent pas à soulager les patients. Certains d'entre eux avaient donc déjà recours à l'usage du cannabis, une pratique illégale. Si le ministère de la Santé valide l'expérimentation, ils pourront plus facilement se soigner, sans être hors-la-loi.

 ► Cannabis thérapeutique: le point sur la future expérimentation avec le Pr Authier


■ Le Conseil d'analyse économique préconise la légalisation du cannabis récréatif

Le Conseil d'analyse économique (CAE), groupement d'économistes rattaché à Matignon, appelle à créer un « monopole public de production et de distribution du cannabis ». Pour les auteurs de ce rapport sur la légalisation du cannabis à usage récréatif, l'objectif est clair : reprendre le contrôle de ce marché par l'État. Selon le document, cela permettrait de lutter contre le crime organisé, de restreindre l'accès au cannabis aux plus jeunes et de développer un secteur économique, créateur d'emplois et de recettes fiscales.

Les spécialistes du Conseil d'analyse économique préconisent alors de fixer le prix du gramme à 9 euros. C'est l'État qui délivrerait des licences à des producteurs et à des distributeurs agréés, comme pour le tabac. Mais contrairement à la cigarette, le cannabis serait vendu dans des boutiques spécialisées, interdites aux mineurs et plus faciles à surveiller. Un des auteurs de la note précise que le rapport vise surtout à ouvrir le débat sur l'éventuelle légalisation du cannabis à usage récréatif.

Malgré ces propositions, le gouvernement reste clairement opposé à la légalisation du cannabis. Il y a une dizaine de jours, dans son discours de politique générale, le Premier ministre a en effet mis la priorité sur la lutte antistupéfiants.

Chronologie et chiffres clés