rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Politique française Gilets jaunes

Publié le • Modifié le

France-grand débat national: des ateliers participatifs qui laissent dubitatifs

media
Lors du grand débat national à Marseille, le 15 mars 2019. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Fin de la première séquence des conférences citoyennes régionales censées synthétiser et clore le grand débat national voulu par Emmanuel Macron en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Un jour et demi d’ateliers participatifs, par région, pour faire remonter des propositions sur les quatre grands thèmes du débat : écologie, fiscalité, services publics et démocratie.


Avec notre correspondant à Marseille, Stéphane Burgatt

Un rythme soutenu et des échanges minutés... la méthode déplaît à certains comme Catherine : « J’ai l’impression qu’on nous dirige dans un sens. On n’a pas le temps en fait de se parler, de se concerter, tout d’un coup, on a quelqu’un qui passe avec un panneau "plus que 5 minutes", "plus que deux minutes". On n’y arrive pas. »

« Services publics forts »

A chaque table, un thème et sept personnes pour en débattre. Ici, par exemple, la fraude aux aides sociales : « Là où je suis contrarié, dit celui-ci, la CAF et le RSA, qu’on fasse quand même le ménage ». Réponse d’une participante : « Je vous trouve dur. » Cet autre participant : « Ils ne font pas ça pour le plaisir. »

« Il y a un truc où on peut se rejoindre, il faut ramener les gens vers l’emploi. Et ça, ça demande des services publics forts », lance cet homme. A l’issue, douze propositions sont formulées, notées et débattues autour des quatre thèmes du grand débat.

« Echanges très limités »

Et au terme d’un jour et demi de travaux, les participants sont pour la plupart dubitatifs, comme Benjamin : « Je pourrais dire, j’y étais. Mais ce n’est pas satisfaisant, les échanges étaient très limités. On a eu des défections sur notre table. Des gens sont partis en disant "c’est une mascarade". Quand on parlait des services publics, à aucun moment on n’a parlé de l’hôpital, de la santé, des difficultés d’assurer ces missions de service public ». Et la seconde session de la conférence citoyenne régionale débutera ce vendredi.

Chronologie et chiffres clés