rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Société Questions sociales

Publié le • Modifié le

La famille française en pleine mutation

media
Un couple de pacsés passe, le 11 août 2001, pour la première fois devant le maire du IXe arrondissement de Paris, le «pionnier» Jacques Bravo, qui a inventé, dans sa mairie, une courte cérémonie pour «faire partager la joie du consentement». AFP/ JEAN-LOUP GAUTREAU

Naissance, mariage, Pacs... à quoi ressemble la famille française en 2019 ? Les chercheurs de l'Insee et de l'Ined, l'institut national des statistiques et celui des études démographiques, livrent leurs conclusions et dressent le portrait d’une cellule familiale en pleine mutation.


Former un couple ne signifie plus nécessairement se passer la bague au doigt. En 2017, 233 915 mariages ont été célébrés en France. Depuis 1946, ce chiffre n’a jamais été aussi bas, hormis en 2016. Cette évolution s’explique par un changement des comportements : le concubinage est bien plus accepté socialement qu'auparavant. Par ailleurs, la baisse depuis une dizaine d’années du nombre d’habitants de 20 à 59 ans, soit la tranche d'âge la plus concernée par le mariage, participe à ce phénomène.

On se marie de moins en moins et aussi de plus en plus tard. En 2017, les mariages entre conjoints de sexe différent ont uni des femmes âgées de 36 ans en moyenne et des hommes de 38 ans. En 1997, les femmes se mariaient à 30 ans et les hommes à 32 ans. L’âge moyen des mariés a donc augmenté de plus de 5 ans lors de ces deux dernières décennies.

Le Pacs fait presque jeu égal avec le mariage

Autre élément qui montre le déclin de l'institution du mariage en France : les couples sont de plus en plus nombreux à opter pour le Pacs. Selon les derniers chiffres de l'Insee, 4 Pacs sont aujourd'hui conclus quand 5 mariages sont prononcés. Ces Pacs sont conclus dans une immense majorité entre deux personnes de sexe différent. Les couples homosexuels ne sont que 4% à choisir ce type d'union.

Pour autant, le mariage chez les couples homosexuelsest loin d’être plébiscité. Eux aussi sont de moins en moins nombreux à se dire « oui » en mairie. En 2017, 7 244 personnes de même sexe se sont mariés soit une baisse de 31% par rapport à 2014, première année de pleine application de la loi sur le mariage pour tous. Depuis 2013, 40 000 mariages homosexuels ont été célébrés en France dont 21 000 entre hommes et 19 000 entre femmes.

Un taux de fécondité en baisse pour la quatrième année consécutive

En 2018, 758 000 bébés sont nés en France, soit 12 000 de moins que l'année précédente. Les grossesses sont de plus en plus tardives, une tendance observée dans tous les pays développés. Les raisons sont bien connues : allongement de la durée des études, évolution du statut des femmes, incertitude de l'avenir pour les jeunes adultes... Cependant, pas de quoi parler de baby blues, avec 1,87 enfant par femme, la France continue de caracoler en tête des pays les plus féconds de l'Union européenne.

Enfin, les chercheurs notent une évolution concernant la garde des enfants chez les familles monoparentales. Les décisions judiciaires en faveur d'une garde alternée ont doublé en 10 ans et représentent 17% des jugements. Aujourd'hui, 400 000 mineurs résident la moitié du temps chez un parent puis chez l'autre. On estime qu'une 1 famille sur 5 est monoparentale dans l'Hexagone.

 

Chronologie et chiffres clés