rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Religion

Publié le • Modifié le

Pédophilie: un prêtre français sanctionné après une pétition contre Barbarin

media
Le prêtre Pierre Vignon a lancé une pétition appelant à la démission du cardinal Barbarin en août 2018. JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Suite à une pétition appelant à la démission du cardinal Philippe Barbarin, un prêtre très investi dans le soutien des victimes d’abus sexuels dans l’Eglise en France a été remercié ce jeudi 1er novembre de ses fonctions de juge au Tribunal ecclésiastique de Lyon. Mgr Barbarin est archevêque de Lyon et primat des Gaules depuis 2002.


En août dernier, il avait demandé publiquement la démission du cardinal Philippe Barbarin, accusé d’avoir couvert les agressions sexuelles sur mineurs commises par Bernard Preynat, un des prêtres de son diocèse.

Pierre Vignon, lanceur d’alerte dans plusieurs affaires de pédophilie, n’est pas surpris par la sanction. Il la regrette mais il l’accepte. « Je suis un prêtre obéissant. C’est la décision de mes chefs, je l’accepte tout à fait. Et comme j’avais pris ma décision de la lettre ouverte en conscience, je n’en change pas un mot. Donc, de ce point de vue-là, je reste tout à fait tranquille. »

Le prêtre reste également toujours très critique vis-à-vis du silence de sa hiérarchie sur les cas d’abus sexuels dans l’Eglise et tout particulièrement sur la gestion de ces affaires au diocèse de Lyon.

« Ça fait plus de trois ans que le cardinal Barbarin est mis en cause dans sa mauvaise gestion du contact avec les victimes de Bernard Preynat. Il y en a plus de 70, ils se sont regroupés dans l’association La Parole libérée. Il n’a pas été capable de créer le lien avec elle. C’est pour ça que, vu la situation, j’ai dit que ce serait plus raisonnable qu’il présente sa démission. J’ai apparemment commis un crime de lèse-majesté. Je ne regrette pas, parce qu’il n’y a pas de majesté dans l’Eglise, à part celle de Dieu. »

La pétition, relayant la demande de Pierre Vignon, a accueilli à ce jour près de 105 000 signatures.

Chronologie et chiffres clés