rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Défense France Etats-Unis EI

Publié le • Modifié le

Le groupe EI et la Syrie au cœur des discussions entre Mattis et Parly

media
Le secrétaire américain à la Défense James Mattis lors d'une conférence de presse commune avec son homologue française Florence Parly, mardi 2 octobre 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

« Il faudra encore du temps » pour vaincre l'organisation Etat islamique, tels ont été les propos prudents du secrétaire américain à la Défense en visite à Paris. James Mattis a évoqué avec le président français Emmanuel Macron le dossier syrien. Puis lors d'une conférence de presse commune avec la ministre française de la Défense Florence Parly, ils ont évoqué l'avenir de la Syrie.


L'organisation Etat islamique n'est pas encore vaincue, mais elle le sera, promet le secrétaire américain à la Défense. Et que feront les Etats-Unis en Syrie après s'être débarrassés des jihadistes ? Nous créerons les conditions pour qu'ils ne se réinstallent pas, assure James Mattis.

« Nous espérons créer des conseils locaux d'habitants qui vivent dans ces zones. Ensuite nous créerons des forces de sécurité locales, avec plus de poids qu'une police normale. Le but est d'empêcher l'Etat islamique d'émerger à nouveau », a déclaré le secrétaire américain à la Défense.

La lutte contre le groupe Etat islamique doit se poursuivre. Et elle doit également s'accompagner d'un processus politique, selon Florence Parly, ministre française de la Défense. « Ce processus politique passe par la nécessaire organisation, le plus tôt sera le mieux, d'élections capables de réunir la totalité du peuple syrien, non seulement ceux qui sont restés en Syrie, mais aussi ces millions de réfugiés qui, à un moment donné devront pourvoir s'exprimer sur le futur de leur propre pays », souligne la ministre.

En attendant, assure Florence Parly, la France restera impliquée au Levant, aussi longtemps que la coalition menée par les Etats-Unis le sera.

(Re) lire : Syrie: Damas réclame le départ des Etats-Unis, de la France et de la Turquie

Chronologie et chiffres clés