rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Justice Terrorisme

Publié le • Modifié le

France: 18 mois requis pour la fausse victime des attentats du 13-Novembre

media
Le Carillon, dans le Xe arrondissement de Paris, était l'un des bars visés par les attentats, le 13 novembre 2015. REUTERS/Charles Platiau

Mardi matin, au tribunal de Paris, comparaissait une fausse victime des attentats du 13 novembre 2015. Alexandra Damien s'était fait passer pour une rescapée de la fusillade sur la terrasse du café le Carillon, elle avait obtenu du fonds d'indemnisation des victimes 20 000 euros. Le parquet a requis 18 mois de prison à son encontre. Compte rendu d'audience.


Il y a chez Alexandra Damien un peu de docteur Jekyll et M. Hide : d'un côté la jeune trentenaire, la Parisienne branchée, cultivée, bien mise, qui dès le début de l'audience se lance à la barre dans un exercice de contrition. Elle reconnait immédiatement sa culpabilité.

Et il y a une face plus sombre. Ce 13 novembre 2015, elle aurait pu se trouver à la terrasse du Carillon dont elle est une habituée, mais elle n'y était pas. L'enquête, interroge la présidente, a démontré que vous avez menti, pourquoi ?

« J'ai porté une culpabilité, répond la jeune femme, qui ajoute, j'ai perdu des gens que je connaissais. Ce mensonge s'est construit dans ma tête et est devenu réalité. »

Au sein de l'association de victimes Life For Paris, elle trouve écoute et réconfort. Mais le tribunal insiste sur le point faible de sa défense : les 20 000 euros versés par le fonds d'indemnisation des victimes, les dix lettres de rappel écrites pour les obtenir. De l'argent dépensé notamment en voyages. Et la procureure se lève : ce dossier est marqué par la cupidité, Madame Damien aime l'argent, c'est une menteuse invétérée.

Ça reste une toute petite escroquerie, rétorque la défense, une logique opportuniste ne fait pas de vous un escroc maléfique. Elle se soigne, assure son avocat William Bourdon, elle remboursera l'argent, elle n'a pas besoin d'une peine de prison.

Le jugement sera rendu le 16 octobre prochain.

Chronologie et chiffres clés