rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Emmanuel Macron Justice

Publié le • Modifié le

Affaire Benalla: le préfet de police de Paris et son «cher ami»

media
Le préfet de Paris, Michel Delpuech (photo d'illustration). Bertrand GUAY / AFP

L'enquête sur l'affaire Benalla se poursuit et ses retombées commencent à embarrasser l'une des personnes les plus influentes de la République ; le préfet de police de Paris Michel Delpuech, qui avait déclaré devant la commission d'enquête parlementaire ne pas connaître Alexandre Benalla. Mais selon des informations publiées ce mercredi par nos confrères du « Canard enchaîné », ce ne serait pas le cas. Le journal évoque même un copinage malsain.


« Cher ami ! » C’est par ces mots que Michel Delpuech, préfet de police de Paris, s'adresse à Alexandre Benalla sur une carte qu'il lui a adressée le 21 janvier dernier. Six mois plus tard, devant la commission d'enquête parlementaire, ce même Michel Delpuech affirmait à peine connaître le collaborateur d'Emmanuel Macron.

Contacté par le Canard enchaîné, le préfet de police se défend évoque un simple geste de courtoisie, mais cette révélation met une nouvelle fois Michel Delpuech devant ses contradictions.

Ce n'est en effet pas la première fois dans cette affaire qu'il est surpris à avoir quelques petits arrangements avec la vérité. Ainsi, devant cette même commission d'enquête, il affirmait que les deux personnes violemment appréhendées par Alexandre Benalla le 1er mai avaient menti aux policiers : « ils ont déclaré de fausses identités » expliquait alors Michel Delpuech sous serment devant les députés. Mais, ce n'est pas du tout le cas, les deux personnes avaient livré leur véritable identité aux enquêteurs, ce sont même les services de la sureté territoriale de Paris qui l'affirment. Des services qui dépendent directement de l'autorité de Michel Delpuech.

Le préfet a-t-il menti sous serment aux députés ? Ou bien n'avait-il pas l'information, c'est désormais aux enquêteurs de le dire.

Chronologie et chiffres clés