rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Changement climatique Climat

Publié le • Modifié le

Canicule: les effets pervers de la climatisation

media
Illustration. DENIS CHARLET / AFP

Il fait chaud ces jours-ci, en France et ailleurs. Quand les températures environnent les 40 degrés, la tentation est grande de s'équiper d'un système de climatisation. Or, c'est le début d'un cercle vicieux : les climatiseurs rejettent la chaleur vers l'extérieur : la température augmente ainsi dans les villes, parfois il y fait jusqu'à 2 degrés plus chaud en raison de l'air chaud rejeté. En plus, ces appareils consomment énormément d'électricité. Et qui dit consommation électrique dit réchauffement de la planète.


L’électricité est aujourd'hui surtout produite par du gaz et du charbon au niveau mondial, et ce sont deux énergies fossiles qui émettent beaucoup de gaz à effets de serre et qui font donc grimper la température de la planète.

Récemment, l'Agence internationale de l'énergie a ainsi lancé un cri d’alarme : selon l'organisation, le nombre de climatiseurs devrait tripler dans le monde d'ici à 2050 pour atteindre 5,6 milliards d'appareils. Bien sûr,  la consommation d'énergie pour faire tourner ces équipements risque d'être elle aussi multipliée par trois.

Plusieurs technologies moins nocives pour la planète existent pourtant : celles qui fonctionnent sans utiliser de fluides frigorigènes qui sont très polluants, et d'autres qui utilisent des fluides à faible potentiel de réchauffement. Certains se souviennent aussi de méthodes ancestrales comme les puits canadiens. Ces puits rafraîchissent l'air en le faisant passer par le sous-sol.

Subir 35 degrés dans son salon n'est donc pas une fatalité, les solutions sont là, mais elles demandent certainement un peu de réflexion pour ne pas recourir à n'importe quel appareil pourvu qu'il diffuse de l'air frais.