rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français: «Il faut se désintoxiquer du tout pétrole» (BFMTV)
  • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
  • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
  • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
  • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi

France Justice Fiscalité criminalité

Publié le • Modifié le

France: les époux Balkany renvoyés en correctionnelle pour fraude fiscale

media
Le couple Balkany en mars 2009. AFP PHOTO / POOL / REMY DE LA MAUVINIERE

Le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany et son épouse Isabelle, soupçonnés d'avoir dissimulé plusieurs millions d'euros au fisc, sont renvoyés devant le tribunal correctionnel pour blanchiment de fraude fiscale aggravé. Ils sont également renvoyés pour « déclaration incomplète ou mensongère » à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, chargée de contrôler les revenus des élus, mais à ce jour, aucune date d'audience n'a encore été fixée.


Leurs dénégations n'auront rien changé, les époux Balkany iront bien au tribunal. L'enquête confiée au juge Renaud Van Ruymbeke en juin 2015 vient de connaitre son épilogue et les investigations sont venues confirmer le goût prononcé du couple pour l'argent liquide et les avoirs dissimulés.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont ainsi retrouvé de nombreuses liasses de billets de 500 euros, y compris dans les poches du peignoir de bain de Patrick Balkany.

Les policiers ont aussi découvert les habitudes d'Isabelle Balkany qui, régulièrement demandait à la patronne du supermarché voisin de lui changer ses grosses coupures.

Mais l'essentiel de cet argent jamais déclaré aurait été blanchi dans l'immobilier, aux Antilles avec la villa Pamplemousse et au Maroc dans un riad. Au total plus de dix millions d'euros auraient ainsi été soustraits au Trésor public.

Dans son ordonnance de renvoi, le juge Van Ruymbeke note que les époux Balkany, dans le souci de ne pas apparaitre comme les véritables propriétaires, ont progressivement mis en place des montages de plus en plus sophistiqués. A ce jour, l'ensemble les biens identifiés comme ayant été dissimulés ont été saisis par la justice.

Chronologie et chiffres clés