rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

Photographie France Exposition Mai-68 Culture

Publié le • Modifié le

France: ouverture des Rencontres photographiques d’Arles

media
Adel Abdessemed : Cat 01 : Séparation, 2006. Courtesy of the artist, Paris ADAGP 2018. Rencontres d’Arles 2018

C'est un rituel qui ouvre la période estivale. Chaque année, la petite ville d'Arles, célèbre pour ses monuments romains et pour ses paysages ayant inspiré ses plus beaux tableaux au peintre Vincent Van Gogh, devient la capitale de la photographie. Les Rencontres photographiques d'Arles viennent d’ouvrir leurs portes et proposent une 49e édition toujours aussi riche qui fera une large place aux événements de l'année 1968.


125 000 visiteurs s'y bousculent chaque année pour venir admirer le meilleur de la photographie réaliste ou poétique. Cette année, Les Rencontres d'Arles font une large place à l'année 1968 et à ses bouleversements. Sam Stourdzé en est le directeur.

1968, « l’année où le monde bascule »

« À travers les événements de Mai-68, explique M. Stourdzé, on présente les archives inédites de la préfecture de police, mais on revient aussi sur tous les grands événements de l’année : la mort de Robert Kennedy, il y a une série de photos sur le cortège funéraire, signée Paul Fuscot, c’est aussi l’aménagement du delta du Rhône de Fosse-sur-Mer à la Grande Motte. Mais 1968, ce sont aussi des projets utopistes comme la communauté d’Auroville… Il y a cinq ou six expositions qui tournent autour de cette année où le monde bascule. »

Des surprises sur 25 000 mètres carrés

Les Rencontres photographiques d'Arles se dévoilent en 35 expositions, 20 lieux, 25 000 mètres carrés et toujours des surprises selon son directeur :

« On s’intéresse à des sujets éminemment contemporains, à travers cette séquence qui s’appelle Humanité augmentée et qui revient sur de nouvelles formes de spiritualité. D’un côté le transhumanisme - on n’a jamais parlé autant d’intelligence artificielle - et de l’autre côté ce retour à une forme d’introspection, de méditation. On ne s’est jamais autant soucié de ce qu’on mangeait, du développement durable… »

Les Rencontres photographiques d’Arles, du 2 juillet au 23 septembre.

Chronologie et chiffres clés