rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le pape François est arrivé ce jeudi matin à Genève pour «un voyage vers l'unité»
  • Justice internationale: la CEDH juge «irrecevable» une plainte du tueur norvégien Anders Breivik sur ses conditions de détention
  • Nouvelle-Zélande: la Première ministre Jacinda Ardern donne naissance à une petite fille
  • Bahreïn: acquittement du chef de l'opposition, accusé d'«intelligence» avec le Qatar (militants)
  • Fête de la musique: journée spéciale sur RFI avec la chanteuse Angélique Kidjo

France Emmanuel Macron

Publié le • Modifié le

Macron: vers un virage social?

media
Emmanuel Macron se rend mercredi au 42e congrès de la Mutualité française, à Montpellier. REUTERS/Philippe Wojazer/Pool

Emmanuel Macron se rend mercredi au 42e congrès de la Mutualité française, à Montpellier. Le président de la République dont certains, même au sein de La République en marche, critiquent la politique de droite va confirmer une promesse de campagne : le zéro reste à charge pour les lunettes et les prothèses dentaires et auditives.  Va-t-il donner cette fameuse inflexion sociale réclamée par l'aile gauche de la majorité ?


C'est bien un discours stratégique que doit prononcer Emmanuel Macron.  Avec un objectif - dixit son entourage - « redonner de la cohérence à son approche sociale ». Un élément de langage qui montre bien que le président de la République a senti le besoin de reprendre la main après toutes les critiques dont sa politique a fait l'objet. La dernière polémique en date sur la baisse des aides sociales n'a, en effet, pas aidé Emmanuel Macron à se débarrasser de son image de président des riches.

Bien au contraire, elle a accrédité la thèse selon laquelle la majorité ne marchait que sur l'une de ses jambes, la droite. Au grand dam de l'aile gauche des députés En marche qui ont fait de plus en plus souvent état de leur déception ces derniers temps.

Signe avant-coureur de la volonté d'Emmanuel Macron de rectifier le tir : il a demandé récemment à trois économistes qui ont participé à l'élaboration de sa campagne, et qui avaient exprimé des doutes sur la politique du gouvernement, de lui rendre une note et l'a fait savoir.

Le discours devant le congrès de la Mutualité arrive donc à point nommé pour permettre au président de la République de réexpliquer que sa politique vise aussi à protéger, pas seulement à libérer.

Une tentative de rééquilibrage qu'il devrait poursuivre d'ici l'été en présentant une stratégie de lutte contre la pauvreté.

Chronologie et chiffres clés