rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Cameroun Entreprises Justice médias Culture

Publié le • Modifié le

France: la justice déboute à nouveau le groupe Bolloré face à France Télévisions

media
Logo du groupe Bolloré (image d'illustration). BERTRAND GUAY / AFP

C’est la deuxième procédure et la deuxième victoire judiciaire pour France Télévisions face au groupe Bolloré. L'entreprise réclamait 50 millions d'euros après la diffusion d'un reportage-enquête consacré à l'homme d'affaires et notamment à ses activités en Afrique en 2016 sur France 2. La semaine dernière déjà, le tribunal de grande instance de Nanterre avait jugé que ce reportage n'était pas diffamatoire et mardi 12 juin, c'est le tribunal de commerce de Paris qui a débouté le groupe Bolloré.


Le tribunal de commerce de Paris s'est déclaré « incompétent ». C'est ce qui ressort du jugement, consulté par nos confrères de l'Agence France Presse. Le groupe Bolloré accusait France Télévision d'avoir « dénigré » son entreprise sous couvert d'enquête journalistique, c'est pourquoi il réclamait 50 millions d'euros.

Dans ce reportage, qui retrace le parcours de Vincent Bolloré, plusieurs séquences sont consacrées à ses activités en Afrique. Celles notamment de la Socapalm, une société qui produit de l'huile de palme au Cameroun dont Vincent Bolloré est actionnaire.

Le reportage montre les conditions de travail des sous-traitants dans les palmeraies. Des sous-traitants parfois présentés comme mineurs et travaillant sans vêtements de protection. Le reportage revenait également sur les conditions d'attribution de la concession portuaire de Kribi en 2015, là aussi au Cameroun.

Si le tribunal de commerce de Paris s'est déclaré « incompétent » dans cette procédure pour « dénigrement », la bataille judiciaire entre Vincent Bolloré et les auteurs de son portrait n'est pas pour autant terminée. L'avocat de l'industriel français, maître Didier Malka, a l'intention de faire appel.

Une troisième procédure judiciaire est en cours, au Cameroun cette fois. La Socapalm a, elle aussi, attaqué en diffamation le groupe France Télévision et le journaliste Tristan Waleckx, l'un des auteurs de l'enquête.

Chronologie et chiffres clés