rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Décès d'Aretha Franklin: édition spéciale sur RFI ce 17 août à partir de 5h15 TU (7h15, heure de Paris)

France Corruption Présidentielle France 2017

Publié le • Modifié le

France: plainte d'Anticor sur les comptes de campagnes de quatre candidats

media
Affiches électorales d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, le 10 avril 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

En France, certains candidats à la présidentielle 2017 auraient-ils détourné de l'argent public et d'autres auraient-ils minimisé leurs dépenses de campagne ? C'est ce que soupçonne l'association de lutte contre la corruption Anticor. Celle-ci a déposé, mercredi 13 juin, une plainte contre X pour faire la lumière sur les comptes de campagnes de quatre candidats.


Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine le Pen et Benoit Hamon : l'association Anticor soupçonne les quatre candidats à la présidentielle 2017 d'avoir trafiqué leurs comptes de campagne. Certains en sous-facturant des dépenses, d'autres en les surfacturant.

La sous-facturation consiste à minimiser des dépenses pour rester sous les plafonds maximum autorisés pour une campagne. Elle va donc à l'encontre du principe d'égalié entre les candidats. Et elle concernerait les comptes d'Emmanuel Macron et de Benoît Hamon. Emmanuel Macron aurait, par exemple, loué des salles de spectacles pour ses meetings avec des rabais injustifiés pouvant atteindre 75%.

Et la surfacturation

A l'opposé, il y a la surfacturation. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen y auraient eu recours. En surfacturant certaines prestations au bénéfice de sociétés tenues par des proches par exemple. Et comme l'Etat rembourse une partie des comptes de campagne, la surfacturation s'apparente à un détournement de fonds publics.

La Commission Nationale des comptes de campagne a d'ailleurs retoqué plusieurs centaines de miliers d'euros sur les comptes de Marine le Pen et de Jean-Luc Mélenchon. Mais il n'empêche que, pour Anticor, il y a eu tentative de détourner l'argent public.

Chronologie et chiffres clés