rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Corées: des réunions de familles séparées par la guerre prévues en août
  • La Grèce «tourne une page» après l'accord de la zone euro sur la dette (gouvernement grec)
  • Politique française: pour Benoît Hamon (Générations), «le macronisme est une forme de racisme social» (Franceinfo)
  • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
  • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire

France Pollution Environnement Sports

Publié le • Modifié le

France: la pollution de l’air s’invite sur les stades

media
Dans les grandes villes françaises, nombreux sont les citadins qui profitent de leur pause déjeuner pour faire du jogging dans les parcs et stades alentours. Getty Images/Radius Images

L’association Greenpeace a relevé des taux de dioxyde d’azote supérieurs à la valeur limite fixée par l’Union européenne aux abords de plusieurs terrains de sport de trois grandes villes françaises. Ce polluant, rejeté en particulier par les véhicules, aggrave les problèmes respiratoires ; il est responsable d’environ 8 000 décès prématurés en France par an.


C’est dans un petit stade au sud de Paris que Thierry et son collègue ont leurs habitudes. Trois fois par semaine, à la pause déjeuner, ils courent à bonnes foulées. Comme la plupart des stades de la capitale, celui-ci est le long du boulevard périphérique, un axe routier important.

« Le périphérique est juste à côté, mais bon, il y a de la pollution partout dans Paris », lance Thierry. « On fait avec. Nous on transpire, c’est l’essentiel. On élimine, on veut être svelte », ajoute son collègue.

Et sveltes ils le sont. Mais ce qu’ils respirent laisse à désirer. « Avec les mesures que l’on a réalisées à Lyon, Paris et Marseille, on a voulu illustrer très concrètement le fait qu’on est dans notre quotidien exposé à des niveaux de pollution de l’air qui ne sont pas bons et ça c’est particulièrement vrai quand on pratique une activité sportive dans nos grandes villes à proximité d’un trafic routier important », explique Sarah Fayolle, de l’association Greenpeace.

Et lorsqu’on fait du sport, on inhale davantage d’air et donc plus de particules et de gaz toxiques. Pour Sarah Fayolle, l’enjeu bien sûr n’est pas d’arrêter l’activité physique.

« Il ne faut pas prendre le problème à l’envers, prévient-elle. Le problème ce n’est pas les gens qui font du sport. Le problème, c’est la pollution de l’air. Donc la vraie urgence aujourd’hui c’est d’avoir une action ambitieuse, forte sur les causes de la pollution de l’air au premier rang desquelles, le trafic routier. »

Le mois dernier, la Commission européenne a décidé de renvoyer la France devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect des normes de qualité de l’air.

(Re) lire : Pollution atmosphérique: l'UE veut faire rentrer la France dans les clous

Chronologie et chiffres clés