rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Agriculture et Pêche Syndicats Energies

Publié le • Modifié le

France: mobilisation des agriculteurs contre l’importation d’huile de palme

media
Le blocage de la bioraffinerie de Total en chantier de La Mède, près de Marseille. BERTRAND LANGLOIS / AFP

Alors que le Parlement européen a voté l’interdiction des importations d’huile de palme utilisées dans les biocarburants en 2021, la France a donné son feu vert à une bioraffinerie de Total. Cette décision d’importation annoncée par Nicolas Hulot semble effectivement aller à l’encontre du bon sens écologique. Elle a suscité de violentes réactions du monde agricole : 14 raffineries et dépôts d'essence sont bloqués depuis dimanche soir 10 juin à travers le pays à l’initiative de la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA).


La bioraffinerie de Total devrait produire du biogazole par la technologie HVO, ou huile végétale hydro traitée, qui peut fonctionner avec tous types d’huiles, notamment des huiles recyclées.

Mais Total a choisi de faire fonctionner la raffinerie en majorité avec des huiles importées de palme et de soja, parce que d’une part leur rendement énergétique est meilleur, et d’autre part parce que la collecte des huiles à recycler revient plus cher. Si le pétrolier s’est engagé à limiter l’approvisionnement en huile de palme à 300 000 tonnes par an, cela reste énorme.

Contrairement à ce que l’on pense, la production de biogazole à base d’huile de palme n’est respectueuse ni du climat ni de l’environnement. D’abord, l’huile de palme est principalement produite en Asie et en Amérique du Sud, au prix d’une déforestation massive.

L’ONG Greenpeace International montre qu’en Papouasie, 4 000 hectares de forêts tropicales ont été détruits entre mai 2015 et avril 2017 pour faire place à des plantations de palmiers à huile.

Enfin, la déforestation entraîne la disparition de la biodiversité, donc des animaux, comme les grands singes à Bornéo, qui sont en voie d’extinction.

Enfin, la production d’huile de palme induit un changement d’usage des sols qui ne sont désormais plus consacrés à la production alimentaire, parce qu’elle est moins rentable.

Et si l’on ajoute l’énergie consommée par le transport de l’huile, la production de biogazole n’est décidément pas la solution idéale.

Blocage des raffineries et dépôts de carburants

Le gouvernement « ne reviendra pas » sur l’accord signé avec Total, a réagi ce lundi matin le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert. En milieu de journée, les agriculteurs ont levé le blocage de la bioraffinerie Total de La Mède, près de Marseille, symbole de la lutte contre ces importations. Le site reconverti pour produire du biocarburant prochainement - il sert de dépôt d'essence en attendant - qui sera produit à base d' huile de palme importée. Ce que dénoncent entre autres ces agriculteurs.

Chacun va essayer d’aller travailler car ça fait une journée de travail de perdue. On a des récoltes qui ont des difficultés, c’est compliqué pour les agriculteurs. […] C'est la déforestation de milliers d’hectares pour produire de l’huile de palme pas chère qui concurrencera le tournesol, le colza chez nous. Alors on est prié à faire des hectares, mais il faut qu’il y ait des prix conséquents.
Reportage à la bioraffinerie Total de La Mède où le mouvement de blocage commence à s'essouffler 11/06/2018 - par Stéphane Burgatt Écouter

D’autres blocages se poursuivent en France. Les agriculteurs ciblent aussi les quatre raffineries de Total à Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), Feyzin (Rhône), Grandpuits (Seine-et-Marne).

Devant la raffinerie Total à Grandpuits, une centaine d’agriculteurs déterminés bloquent avec leurs tracteurs l’entrée de la raffinerie.

Il faut que ça dure. On n’a pas le choix. Il faut instaurer ce rapport de force et cette pénurie pour montrer au gouvernement qu’on est déterminé. Le ministre, il dit qu’il n’y aura pas de pénurie, moi je vous dis qu’en 72 heures il y en aura, et beaucoup, et on restera au-delà des 72 heures. […] Le colza, c’est 25% de nos surfaces en Seine-et-Marne et pour assurer les 300 000 tonnes qui sont importées je pense que la région Ile de France pourrait suffire.
Reportage devant la raffinerie de Grandpuits bloquée par les producteurs de colza 11/06/2018 - par Altin Lazaj Écouter

« Total doit réduire encore ses importations »

Matthieu Orphelin est député LREM, c'est un proche de Nicolas Hulot. Il défend l'action du ministre de l'Ecologie et demande à Total de faire encore des efforts. « Je ne suis pas à l’aise avec la méthode employée par la FNSEA. Je crois qu’il y a d’autres façons d’entamer ce dialogue autour de l’huile de palme. On hérite d’une situation, d’une revue de conversion du site, d’un certain nombre de décisions qui avaient été prises par le gouvernement précédent. Et je crois que Nicolas Hulot a réussi à obtenir qu’il y ait 30% en moins par rapport aux prévisions d’huile de palme dans cette usine. Ce n’est pas suffisant, mais c’est un premier pas important. Je crois qu’il a eu raison de montrer à Total la direction dans laquelle il fallait aller. Je crois que Total doit maintenant aller plus loin, accélérer et développer d’autres types d’énergies renouvelables. »

Une délégation d’agriculteurs sera reçue ce mardi 12 juin au ministère de l’Agriculture.

Chronologie et chiffres clés