rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Nouvelle-Zélande: la Première ministre Jacinda Ardern donne naissance à une petite fille
  • Bahreïn: acquittement du chef de l'opposition, accusé d'«intelligence» avec le Qatar (militants)
  • Fête de la musique: journée spéciale sur RFI avec la chanteuse Angélique Kidjo

France Belgique Justice Terrorisme

Publié le • Modifié le

Attentats du 13-Novembre à Paris: un suspect-clé remis à la France et inculpé

media
Osama Krayem, suspect clé de la cellule jihadiste des attentats de Paris en 2015 et de Bruxelles un an plus tard a été inculpé ce lundi 11 juin 2018 pour les attaques du 13-Novembre, où son rôle reste à éclaircir. REUTERS

La Belgique a remis ce lundi 11 juin à la France l'un des suspects clés des attentats du 13 novembre 2015. Des attentats qui avaient frappé Paris et Saint-Denis, faisant 130 morts et des centaines de blessés. L'homme de 25 ans a été présenté dans la journée aux juges antiterroristes parisiens et mis en examen pour « complicités » d'assassinats et de tentatives d'assassinats et de séquestration « en relation avec une entreprise terroriste ». 


Né en Suède de parents réfugiés syriens, Osama Krayem, 25 ans, dit tout ignorer des attaques de Paris. Face aux enquêteurs belges, il a également démenti tout rôle dans la fabrication d'explosifs.

Pourtant l'ADN d'Osama Krayem a été retrouvé dans plusieurs caches, près de Bruxelles, où les membres des commandos des attentats de Paris s'étaient préparés. Ce sont ces traces qui intéressent particulièrement les magistrats français.

Osama Krayem a été remis à la France pour 24 heures. Puis il retournera en Belgique. Car le jihadiste est également lié aux attentats du métro et de l'aéroport de Bruxelles qui avaient fait 32 morts. C'était en mars 2016.

La vidéosurveillance l'avait filmé avec le kamikaze de la station Maelbeek quelques minutes avant l'attentat. Osama Krayem, lui, expliquera aux enquêteurs belges qu'au dernier moment il a refusé de se faire exploser.

C'est enfin lui qui aurait acheté les sacs utilisés pour transporter le TATP des trois kamikazes de Bruxelles. Pour l'instant son rôle précis dans les attentats de Paris reste encore à déterminer.

Chronologie et chiffres clés