rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Mondial de rugby: le XV de France éliminé en quart de finale par le Pays de Galles (20-19)
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

Mai-68 Histoire

Publié le • Modifié le

Le «langage» de Mai 68 chez les héritiers du mouvement

media
«Libérez l'expression», peut-on lire sur cette statue de la cour de la Sorbonne, à côté d'un stand de librairie à Paris, le 20 mai 1968. ARCHIVES / AFP

C'est le dernier volet de notre série sur Mai 68. Où sont les héritiers de cette époque ? La réponse est dans les mouvements sociaux, dans les ZAD, les luttes, les manifestations... parmi tous ceux qui continuent de critiquer le système capitaliste et qui agissent pour créer des modes de vie en dehors de ce système. Reportage.


Michelle est venue revendiquer un accueil digne pour les réfugiés, avec Emilie et Pauline, à peine plus de 18 ans et déjà prêtes à reprendre le flambeau. Rester en alerte, cela passe par l'attention portée au mot juste dans un monde où les éléments de langage sont là pour « enfumer les cerveaux », disent-elles.

Justement, Franck Lepage est l'inventeur des « conférences gesticulées », des cabarets politiques qui évoquent Mai 68. Il rappelle les mots utilisés à l'époque pour critiquer le capitalisme. Ils ont été « bannis » du vocabulaire, dit-il.

Mais quelques irréductibles emploient encore ces mots aujourd'hui. A l'instar de Jean-Baptiste Eyraud, co-fondateur du DAL, association qui se bat pour le « droit au logement ». Il était adolescent en 1968, et ses professeurs de lycée lui ont inculqué des mots qui le poussent encore aujourd'hui à l'action.

Pour pouvoir agir, il faut non seulement préserver les mots, mais aussi conquérir l'espace qui rend l'action possible. En 1968, c'étaient d'abord les usines et les universités occupées, et plus tard le plateau du Larzac, expliquent les participants.

Une chose est sûre, ces expérimentations anti-système dérangent autant aujourd'hui qu'il y a cinquante ans. Mais pour Franck Lepage, cette fois-ci, tous ces îlots de lutte partout en France pourraient bien réussir à « converger », pour que les héritiers de « Mai » puissent continuer à écrire cette histoire inachevée.

le focus de la rédaction
«Mai 68», «convergences des luttes», les termes d'il y a 50 ans dans la bouche des héritiers: écoutez le reportage 30/05/2018 - par Christine Siebert Écouter

→ Écouter sur RFI : Les années 68 en Afrique (Grand Reportage)