rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Politique française Edouard Philippe

Publié le • Modifié le

France: Edouard Philippe, un bon soldat à Matignon

media
Edouard Philippe, le 16 avril 2018, à l'Assemblée nationale, lors d'un débat sur la participation de la France aux frappes en Syrie. REUTERS/Benoit Tessier

Il y a un an, un homme inconnu du grand public faisait son entrée à Matignon. Edouard Philippe passait de l’ombre à la lumière, nommé Premier ministre par Emmanuel Macron. Ancien maire du Havre, proche d’Alain Juppé, de droite, quel est son premier bilan ?


Nous sommes le 15 mai 2017. Un député Les Républicains se retrouve traqué par les caméras dans un taxi. Il arrivera à les semer en changeant de voiture à l’Assemblée, comme dans les films, avant de se rendre à l’Elysée où l’attend Emmanuel Macron.

Les deux hommes ne se connaissaient pas. Celui qui n’est pas encore président l’appelle le lendemain du 1er tour de la présidentielle pour le rencontrer au QG de campagne d’En Marche. Le contact passe. Quelques semaines plus tôt, Edouard Philippe n’y croyait pourtant pas du tout : « Moi, je l’aime bien Emmanuel. Je crois que je suis d’accord avec lui sur tout… Je ne crois pas du tout à ses chances ». Extrait du documentaire « Edouard mon pote de droite, épisode 2 » diffusé ce mardi sur France 3. Le réalisateur, un ami, l’a suivi pendant la primaire de la droite.

Des relations au beau fixe entre les deux têtes de l’exécutif ?

Les deux intéressés le répètent : ils s’entendent bien.« J’assume tout ce qu’on fait…et j’aimerais qu’on aille encore plus vite », glissait il y a quelques jours le Premier ministre.

Edouard Philippe est devenu le démineur du président dans les dossiers compliqués comme Notre-Dame-des-Landes, la SNCF, la Nouvelle Calédonie… C’est à lui d’ouvrir le chemin. Un rôle laborieux, sans éclat, mais il est populaire dans les sondages. Alors qu’est-ce que les Français retiennent de lui ?

« Il a un peu plus de popularité que le président de la République. Par ailleurs, les Français identifient avant tout Edouard Philippe aux réformes libérales en matière économique et sociale. Ils apprécient sans doute aussi de sa part un style assez réservé mais finalement assez respectueux et peut-être plus pondéré que celui d’Emmanuel Macron. », décrypte Jérôme Sainte-Marie, politologue et président de l'institut Pollingvox. Edouard Philippe se dit lui très heureux de son poste malgré quelques « coups de pompe ». Il confie : « C’est exaltant, pas du tout l’enfer, même si c’est tout sauf simple ».

Un homme de droite honni par son ancienne famille politique

Si Edouard Philippe est très populaire dans l’électorat de droite, il l’est beaucoup moins auprès de ses anciens collègues des Républicains qui le considèrent comme un « traître ». Ce n’est pas un Premier ministre mais un « secrétaire général, un chef de cabinet », balance un poids lourd des LR. Pour la porte-parole du parti, Laurence Sailliet, Edouard Philippe n'est que le soldat du président : « Edouard Philippe a été un bon exécutant, recruté d’abord pour exploser la droite et semé la confusion dans les esprits. Puis après il a exécuté les ordres du président de la République, en allant même à l’encontre de ce qu’il préconisait lui-même, notamment sur la fiscalité ».

Au contraire, dans la majorité, on salue le style d’Edouard Philippe. Gilles Legendre est député de la République en Marche :« Nous avons un chef de gouvernement qui s’installe parfaitement dans la logique institutionnelle de la Ve République. Et il le fait avec un talent et un savoir-faire qui tiennent à son comportement et à sa personnalité. C’est un chef d’équipe, un manager ».

Quel poids politique ?

Sans parti et sans troupes, Edouard Philippe reste pourtant précieux pour Emmanuel Macron.« Quelqu’un comme Edouard Philippe peut se révéler très utile pour les prochaines européennes, et plus encore pour les prochaines élections municipales pour constituer des listes. C’est la caution de droite actuellement du pouvoir. Il développe son propre public, notamment chez les retraités, chez les électeurs centristes. Il occupe un espace qui n’est pas complétement investi par Emmanuel Macron. Donc il y a peut-être un style Edouard Philippe qui peu à peu est en train de s’imposer », argumente le politologue Jérôme Sainte-Marie.

Edouard Philippe se révèle un Premier ministre bien pratique, à la fois sans ambition élyséenne, à l’aise dans les dossiers et qui fait office d’aimant pour les électeurs de droite et du centre.

Chronologie et chiffres clés