rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
  • Afghanistan: attaque contre un centre d'entraînement des services de renseignement à Kaboul (officiel)

France Justice Fiscalité

Publié le • Modifié le

Affaire Cahuzac: l'ex-ministre fraudeur fixé sur son sort ce mardi

media
L'ex-ministre français du Budget Jérôme Cahuzac au Palais de justice de Paris, 8 décembre 2016. REUTERS/Philippe Wojazer

Jérôme Cahuzac sera fixé sur son sort ce mardi 15 mai en début d'après-midi. Cinq ans après sa démission du gouvernement, l'ancien ministre du Budget arrive au terme de son périple judiciaire. La cour d'appel va rendre son jugement et une interrogation sera levée : Jérôme Cahuzac ira-t-il en prison pour fraude fiscale ?


De la prison ferme. En février dernier, le procureur a requis la même peine qu'en 2016. En première instance, l’ancien ministre du Budget de François Hollande avait été condamné à trois ans de réclusion.

Depuis, Jérôme Cahuzac a peur, et il l'a dit à la barre : « Je ne souhaite pas que ma mère et mes enfants me voient aller en prison. » « Je ne demande pas la Lune, je suggère même d’aggraver la peine », avait alors plaidé son avocat Eric Dupont-Moretti, suppliant les juges de lui épargner la détention.

Car sans coup férir, une confirmation du jugement enverrait Jérôme Cahuzac, 65 ans, derrière les barreaux. Alors qu’une peine égale ou inférieure à deux ans ouvrirait la possibilité d’un aménagement de peine.

Mais l'indulgence est loin d'être acquise, car l'affaire Cahuzac, c'est un dossier emblématique de la fraude fiscale, un cas d'école aux yeux de l'accusation. Un homme qui a sacrifié tous les principes pour l'appât du gain et flétrit même l'honneur du pays.

Une dernière fois, ce mardi après-midi, le ministre du mensonge, le « Pinocchio de Bercy », selon les mots du parquet, va faire face à ses juges pour fraude fiscale aggravée. Il encourt jusqu'à 7 ans de prison.

Chronologie et chiffres clés