rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Education Emmanuel Macron Questions sociales

Publié le • Modifié le

France: la Sorbonne évacuée par la police, des universités toujours bloquées

media
Des étudiants manifestent à l'extérieur et à l'intérieur du campus Tolbiac de l'université de Paris-Sorbonne occupé depuis mars, contre le projet de réforme de l'accès à l'université, à Paris, le 12 avril 2018. STRINGER / AFP

Les forces de l’ordre sont intervenues ce jeudi 12 avril au soir pour évacuer des étudiants qui se trouvaient à l’intérieur de la Sorbonne, à Paris. Plusieurs universités sont totalement ou partiellement bloquées depuis plusieurs semaines voire des mois dans un mouvement d'opposition à la réforme de l’accès à l’université. Selon le dernier décompte du gouvernement, quatre universités sont entièrement fermées et onze autres sites perturbés ou bloqués, par des « agitateurs professionnels », selon le président Emmanuel Macron.


Selon le cabinet du recteur de la Sorbonne, les étudiants, réunis en assemblée générale jeudi 12 avril, ont voté « l’occupation » du site, dans le cadre de l’opposition à la réforme sur l’accès à l’université, la plateforme Parcoursup. « Après trois heures de négociations infructueuses », le recteur a requis « avec regret » l’intervention des forces de l’ordre pour évacuer l’établissement, a indiqué à l'AFP le cabinet du recteur. « Environ 200 étudiants qui se trouvaient à la Sorbonne depuis le milieu de l'après-midi votaient une occupation et refusaient de quitter les lieux », a indiqué la préfecture de police de Paris dans un communiqué. Ils étaient sur place depuis l’après-midi. L’évacuation « s’est déroulée dans le calme et sans aucun incident », a ajouté la préfecture de police.

Quatre universités bloquées ou fermées

Selon le dernier décompte du ministère de l'Enseignement supérieur, quatre universités sont entièrement bloquées ou fermées : Jean-Jaurès à Toulouse, Paul-Valéry à Montpellier, Rennes-2 à Rennes et Paris 8-Saint-Denis. Onze autres sites sont perturbés ou bloqués, avec une situation qui fluctue de jour en jour.

Au campus de Paris-Tolbiac, occupé depuis fin mars, le président de l'université Panthéon-Sorbonne avait demandé mercredi 11 avril l'intervention de la police, mais la préfecture n'avait pas donné suite à cette demande. Jeudi soir, des forces de l'ordre étaient présentes à l'extérieur de l'université, selon l'AFP, mais ont quitté les lieux vers 23h30 sous les huées de quelque 200 personnes.

à (re)lire: Facs en grève: Guevara, le chien qui tweete plus vite qu'il n'aboie

En plus de ces établissements, l’université Lumière-Lyon 2, par exemple, a annoncé ce jeudi 12 avril la fermeture de ses deux campus jusqu’à « samedi inclus » en raison des blocages étudiants. À Marseille également, les étudiants de la faculté Saint-Charles ont annoncé jeudi 12 avril un blocage complet pendant 24 heures. Et quant à Nanterre, une assemblée générale a voté de nouveau le blocage de la faculté jusqu'à 17 avril.

(Avec Agences)

Chronologie et chiffres clés