rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)
  • Yémen: le cessez-le-feu entre officiellement en vigueur mardi à Hodeïda (responsable ONU)
  • France-social: la SNCF versera des primes exceptionnelles à près de 100 000 salariés (Pepy)

France Justice

Publié le • Modifié le

Le procès du «groupe de Tarnac» s'ouvre dans une ambiance chahuteuse

media
Le leader du «groupe de Tarnac», Julien Coupat, lors de l'audience du tribunal correctionnel de Paris, le 13 mars 2018. ALAIN JOCARD / AFP

Le procès de huit militants libertaires du « groupe de Tarnac » s'est ouvert ce mardi 13 mars à Paris. Les membres du groupe étaient poursuivis notamment pour la dégradation d'une ligne SNCF il y a dix ans. L'audience s'est ouverte dans une ambiance un peu chahuteuse.


La quatorzième chambre du tribunal correctionnel de Paris avait des faux airs d'école communale ce mardi après-midi. Sur le banc des prévenus, huit militants libertaires, huit élèves agités qui terminent une part de pizza, feuillètent un livre ou encore prennent en photo la tribune des journalistes avant de lever la main à l'appel de leur nom.

Pull marin, coupe sage et petites lunettes rondes, Julien Coupat lève les yeux au ciel en écoutant la présidente. Celui que le ministère public soupçonnait autrefois d'être le chef d'une cellule terroriste invisible comparaît pour des faits de dégradation d'une ligne TGV.

« Un fiasco judiciaire », selon la défense

L'air serein, presque désinvolte, ce dernier conteste le fait que les policiers refusent de témoigner à visage découvert. « L'anonymat, dit-il, cela nous rappelle de mauvais souvenirs ». Une allusion à l'un des principaux éléments de l'accusation sur les précédents procès. Le témoin T42 est ensuite revenu sur sa déposition.

La défense qui veut faire de ce procès « celui d'un fiasco judiciaire » égrène ensuite la liste des témoins qu'elle souhaiterait voir s'exprimer à la barre dont de très hauts responsables de l'institution politique et judiciaire, notamment la ministre de la Justice à l'époque des faits, Michèle Alliot-Marie. Cela ne pourra pas se produire dans ce tribunal, a fait savoir la présidente, soulevant des « oh ! » et des « ah ! » de désapprobation dans l'assistance, avant de reprendre l'un des prévenus qui était en train de manger une barre de chocolat. « Est-ce indispensable, demande la magistrate, d'amener votre goûter à l'audience ? »

Le tribunal se rendra sur les lieux

La défense, décidément très active, est venue dénoncer ce qu'elle considère comme les dérives d'une enquête sous influence politique. Les soutiens des prévenus ne sont pas les seuls à donner de la voix en ce premier jour d'audience. Dix ans qu'on avait pas entendu les militants anti-système de Tarnac bien décidés à faire de ce procès celui de la politique antiterroriste française.

« C'est plus le procès de méthodes qui ont été appliquées. C'est aussi le procès de personnes jusqu'alors limitées dans leurs capacités à se défendre », insinue maître Tymoczko, l'un des avocats de la défense.

Les jambes qui frétillent, le doigt qui se lève pour intervenir, Julien Coupat pointe les incohérences d'un procès verbal qualifié de faux par la défense. Les tubes qui auraient servi de perche pour saboter les lignes du TGV sont comparés à des skis que l'on rentre dans une voiture sans galerie. Dans leur filature, les policiers se seraient trompés dans les noms de rues, ils auraient confondu leur droite et leur gauche ; « c'est un château de cartes votre procédure » lance alors la défense, regrettant que ces mêmes agents ne soient pas amenés à comparaitre à visage découvert au cours du procès. « Si vous avez un vrai bonhomme à la barre et que vous lui dites "comment est-ce que tu as pu signer un PV à ton bureau tout en prétendant faire une filature à 120 km de là"?, voir sa réaction, c'est intéressant. S'il est derrière un rideau, visage flouté, la voix qui fait [imitation de babillages], ce sera un art », dit Mathieu Burnel, l'un des prévenus.

En attendant les futures comparutions de policiers, les chants reprennent derrière les portes capitonnées de la salle des criées du tribunal. Face à une défense intarrissable, la présidente ironise sur la bonne forme des prévenus. Il faut maintenant tenir trois semaines, dit-elle.

Chose rare dans une affaire en correctionnel, à la demande de la défense, le tribunal a accepté de se déplacer sur les lieux du sabotage de la ligne SNCF. Ce sera le 23 mars prochain en Seine-et-Marne.

Le tribunal a considéré que pour les besoins de la manifestation de la vérité, il fallait en effet se transporter sur les lieux. On va voir que les policiers ont menti, on va voir que les policiers ont décrit des scènes auxquelles ils n'ont pas participé. Cela démontrera de manière irréfutable que Julien Coupat et Yildune Lévy n'ont jamais été présents cette nuit-là, près de la voix de chemin de fer comme la décrit un seul policier.
Jérémy Assous, avocat de la défense 14/03/2018 - par Stéphane Lagarde Écouter

Chronologie et chiffres clés