rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

France Justice Questions sociales

Publié le • Modifié le

Air France: l’affaire de la «chemise arrachée» revient devant la justice

media
Le 5 octobre 2015, le directeur des ressources humaines Xavier Broseta s'est enfui torse nu du Comité d'entreprise d'Air France à Roissy, après s'être fait arracher sa chemise par des manifestants, REUTERS/Jacky Naegelen

L'affaire de la « chemise arrachée » du directeur des ressources humaines d'Air France revient ce lundi 12 mars devant la justice. Devant la cour d'appel de Paris, 12 salariés et ex-salariés de la compagnie aérienne doivent répondre de violences et dégradations commises en 2015 lors d'un Comité central d'entreprise. Mais cette fois-ci, le contexte a changé et la compagnie est désormais soucieuse de tourner la page.


En première instance, trois prévenus avaient écopé de 3 et 4 mois de prison avec sursis. Un sérieux avertissement pour une chemise arrachée.

En 2015 le climat social était tendu, Air France perdait de l'argent. Le 5 octobre 2015 lors d'un Comité central d'entreprise, la situation dégénère. Xavier Broseta, le DRH, était venu exposer un plan d'économies.

Violemment pris à partie, il avait du fuir sous les huées, torse nu. Les images du DRH et d'un collaborateur escaladant un grillage pour échapper à la colère des salariés ont fait le tour du monde.

Depuis la situation s'est apaisée. L'entreprise va nettement mieux, et désormais Air France regrette que ce procès se poursuive, imposant à toutes les victimes de se replonger dans ces évènements, indique la compagnie dans un communiqué.

Cette fois encore les avocats de la défense comptent plaider qu'en verrouillant l'accès à son siège, Air France a pu exciter la colère des manifestants et porte donc une part de responsabilité dans ces violences.

La compagnie a d'ailleurs retenu la leçon : désormais les réunions avec les syndicats n'ont plus lieu à Roissy, mais à Paris par crainte de nouveaux débordements.

Chronologie et chiffres clés