rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Gastronomie Patrimoine Commerce et distribution France

Publié le • Modifié le

Mort de Paul Bocuse, le «pape» français de la grande cuisine

media
Paul Bocuse a poursuivi après la guerre sa formation chez Eugénie Brazier, première femme triplement étoilée en 1933. Flickr

C’est un chef, un empereur, mieux, un « pape » de la cuisine du XXe siècle qui vient de s'éteindre dans son village natal de Collonges-au-Mont-d'Or (Rhône). Paul Bocuse, «  Monsieur Paul », comme on disait respectueusement à Lyon, ne fera plus danser les casseroles. Sa mort, ce samedi 20 janvier à 91 ans, laisse un peu orphelins tous les amoureux de la belle et bonne cuisine.


Paul Bocuse a vu le jour en 1926 à Collonges-au-Mont-d’Or, un petit village de bord de Saône situé à un jet de pierre de Lyon, sanctuaire de la gastronomie française. Le « chef » des chefs, comme on le surnommait, a revisité les codes de la haute cuisine institués en leur temps par Brillat-Savarin, Carême, Escoffier… Distingué sans discontinuer par trois étoiles au Michelin depuis 1965, un fait unique dans les annales du « livre rouge », Paul Bocuse était issu d’une longue lignée familiale de cuisiniers qui remontait, assurait-il, au XVIIIe siècle.

« Du beurre, encore du beurre, toujours du beurre »

Paul Bocuse reçoit la légion d'honneur des mains du président Valéry Giscard d'Estaing, à l'Elysée, le 25 février 1975. AFP photo pool

La puissante stature de l’homme donne une idée de sa cuisine. Généreuse, spectaculaire, pour lui ça doit être aussi beau que bon. Ceux qui ont eu la chance de s’attabler dans son restaurant de Collonges-au-Mont-d’Or en gardent un souvenir ébloui. Chez les bourgeois lyonnais, on y vient pour célébrer un anniversaire, une réussite, une rencontre… Chez les plus modestes, on se constitue une cagnotte pour pouvoir s’offrir au moins une fois dans sa vie le nirvana à portée d’assiette.

Portée au pinacle de la gastronomie lyonnaise dès les années 1960, Meilleur ouvrier de France en 1961, la renommée de Bocuse dépasse rapidement l’étroit territoire d’entre Rhône et Saône, avec la complicité de François Gault et de Christian Millau, critiques gastronomiques et créateurs du guide éponyme. Les années 1970 voient triompher avec le Gault et Millau ce qu’on appelle alors la « nouvelle cuisine », une dénomination qui annonce un tournant dans l’école française avec des produits mis au premier plan, moins de sauces et le culte des saveurs. Une cuisine épurée certes, mais où « la crème, du beurre, encore du beurre et toujours du beurre » rectifie Paul Bocuse, restent la base de la cuisine lyonnaise…

Avant de prendre ce tournant vers la gloire, Paul Bocuse a suivi un  un les échelons du rude apprentissage des cuisiniers de sa génération. Déjà gamin, il le sait : il sera cuisinier, alors qu’il traîne volontiers dans la cuisine de l’auberge de son père. Dès ses 15 ans, il démarre sa formation dans les très bonnes maisons de l’époque : la Mère Brazier, la Soierie de Lyon, Fernand Point… On est en pleine guerre, la table française est maigre, même à Lyon. A 18 ans, Paul décide de poser ses casseroles pour s’engager dans l’armée française de libération aux côtés du général de Gaulle. Blessé au combat, il est soigné par des Américains qui lui tatouent au passage un coq sur l’épaule gauche. Il reçoit la croix de guerre en 1945 et, la même année, le 18 juin, il participe au défilé de la victoire à Paris.

Un chef finalement assez classique

Il est alors temps de revenir à ce qui est devenu une passion. Année après année, Paul Bocuse construit ainsi sa légende, celle d’un chef finalement assez classique, mais dont l’ambition ne connaît guère de limites et encore moins de frontières. Il cuisine pour l’Elysée : sa soupe VGE dédiée au président Valéry Giscard d’Estaing, un chef-d’œuvre aux truffes coiffé d’une pâte feuilletée rebondie qui précède la fabuleuse poularde demi-deuil en vessie aussi fondante que spectaculaire, étaient encore à la carte de son établissement. En cette fin des Trentes Glorieuses, la France devient trop petite. Le Japon et les Etats-Unis, où il multiplie les adresses, entrent à leur tour dans le cercle des inconditionnels du chef des chefs.

 

Chronologie et chiffres clés