rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Politique française

Publié le • Modifié le

Révision de la Constitution: Rugy met la pression sur le Sénat

media
François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, sur RFI le 10 août 2017. RFI

La révision constitutionnelle est l'une des réformes les plus explosives de l'année 2018 en France : introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives, réduction du nombre de parlementaires ou encore limitation du nombre de mandats. Ce texte voulu par Emmanuel Macron nécessite un vote des 3/5e des suffrages exprimés des députés et des sénateurs réunis en Congrès. Le chef de l'Etat doit trouver un compromis avec la droite qui est majoritaire au Sénat. Les négociations vont bon train entre le président de l'Assemblée nationale et celui du Sénat. Le premier a mis la pression sur le second jeudi lors de ses vœux à la presse.


Trouvez un accord, sinon je convoque un référendum. C'est en résumé le message d'Emmanuel Macron aux présidents des deux Chambres. Le chef de l'Etat peut compter sur le soutien du patron de l'Assemblée, François de Rugy, pour défendre ses promesses de campagne, même les plus polémiques.

« Je plaide pour ma part pour que 100 députés soient élus à la proportionnelle sur les 400 que comptera demain notre Assemblée. La limitation du cumul des mandats dans le temps est une des conditions du renouvellement de la vie politique française », a déclaré François de Rugy.

C'est notamment sur ces deux points que ça coince avec Gérard Larcher. Le président de droite du Sénat est « méfiant » sur la proportionnelle. Et concernant la limitation à trois du nombre de mandats, il ironise : « C’est un immense sujet. Immense. Ça concerne 12 sénateurs sur 348. Si on veut faire gadget, on se précipite là-dessus et si on pense que c’est pour nourrir les populistes, alors je n’en serais pas. »

Fait inédit, le président du Sénat viendra lui-même mardi à l'Assemblée pour se coordonner avec les députés Les Républicains. La droite est incontournable pour faire adopter le texte. François de Rugy lui adresse une mise en garde à peine voilée. « Les Français nous attendent et je pense qu’ils seront impitoyables avec ceux qui bloqueraient tout changement visant à répondre à la crise démocratique », dit-il.

Entre François de Rugy et Gérard Larcher, les tractations se poursuivront dans les prochains jours.

Chronologie et chiffres clés