rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
  • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)

France Emmanuel Macron Politique française Emploi et Travail

Publié le • Modifié le

Réforme du marché du travail: Macron reçoit les partenaires sociaux

media
Emmanuel Macron reçoit ce jeudi 12 octobre 2017 les partenaires sociaux à l'Elysée. ©REUTERS/Ints Kalnins

Emmanuel Macron lance ce jeudi 12 octobre l'acte 2 de sa réforme du marché du travail avec la même méthode qu'à l'acte 1 pour la réforme du Code du travail. Le président recevra à l'Elysée les partenaires sociaux tout au long de la journée, Jean-Claude Mailly de Force ouvrière et Philippe Martinez de la CGT ouvrent le bal. Au menu de ces rencontres : les réformes de l'assurance chômage, de la formation professionnelle et de l'apprentissage.  


L'objectif du gouvernement avec ces réformes de l’assurance chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage est d'offrir davantage de protection aux travailleurs, mais le climat de tension provoqué par les ordonnances sur le code du travail pourrait bien compliquer les discussions à venir.

La partie, la plus délicate, cela sera sans doute la réforme de l'assurance chômage. Emmanuel Macron a promis de l'ouvrir aux indépendants et aux salariés qui démissionnent, mais à être plus nombreux à se partager le gâteau, les syndicats craignent que les parts se réduisent et que les allocations baissent.

L'inquiétude porte aussi sur la gestion de ce régime. Alors qu'aujourd'hui, les  partenaires sociaux sont aux commandes, le gouvernement veut désormais que l'Etat endosse un rôle plus important via une administration tripartite. Les partenaires sociaux pourraient donc voir leurs responsabilités diluées.

Des prérogatives qui pourraient également être entamées par la réforme de la formation professionnelle. L'exécutif veut renforcer les droits individuels à la formation des actifs et pour cela il s'appuierait sur le compte personnel de formation (CPF). C'est là que le bât blesse, car une partie des cotisations (et une partie des travailleurs) serait directement orientée vers ce CPF sans passer par les organismes paritaires.

Au cours de ces entretiens, les leaders syndicaux pourraient également bouleverser l'ordre du jour de l'Elysée et revenir sur les sujets qui fâchent comme par exemple, la réforme du code du travail.


La méthode Macron avec les partenaires sociaux

C'est encore une fois Emmanuel Macron qui va ouvrir le bal des négociations avec les partenaires sociaux. Le président de la République a décidé de recevoir à la suite tous les représentants des organisations syndicales et patronales, à l'Elysée, pour des entretiens en comité restreint.

Objectif affiché par son entourage en langage diplomatique : ouvrir le dialogue et tracer le cap. Autrement dit, poser sur la table les enjeux des prochaines réformes qu'Emmanuel Macron a inscrites à l'agenda du quinquennat : formation professionnelle, apprentissage, assurance chômage.

Ces trois chantiers doivent être mis en oeuvre d'ici le printemps 2018 pour pouvoir donner des résultats durant le quinquennat. Car la méthode Macron, c'est d'abord de tenir le calendrier des réformes qui est connu depuis la campagne, précise-t-on à l'Elysée.

Alors Emmanuel Macron plante le décor, fixe les objectifs, évalue les résistances avant de laisser son Premier ministre Edouard Philippe mener la concertation et les négociations techniques. Comme pour les ordonnances sur la réforme du Code du travail. Une méthode qui, du point de vue de l'Elysée, a plutôt fait ses preuves. Jusqu'ici, il est vrai, Emmanuel Macron a réussi à éviter un front syndical.

Chronologie et chiffres clés