rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Défense

Publié le • Modifié le

Le militaire français peu enclin à le rester, selon un rapport

media
Des soldats de l'opération Sentinelle patrouillent sur le pont Mirabeau, le 20 mai 2017, à Paris. Michel Euler / POOL / AFP

L'armée française peine à garder ses soldats en raison des conditions de vie au sein de l'institution et de la concurrence du privé, souligne un rapport du Haut comité d'évaluation de la condition militaire (HCECM), organe constitué d'experts indépendants, souligne le ministère des Armées. « La fidélisation constitue un défi de première importance » à l'heure où l'armée est « mobilisée sur tous les fronts » relève ce onzième rapport thématique, intitulé « La fonction militaire dans la société française ».


Premier constat, l'armée française recrute. Les effectifs ont augmenté après les attentats : 34 500 hommes et femmes se sont engagés en 2016, dont la moitié dans l'armée de terre. C'est le propre des armées, il faut pouvoir aligner des gens jeunes, donc les effectifs tournent rapidement.

Un peu trop même peut-être, selon les responsables des ressources humaines militaires. Selon le rapport, 35% des soldats de l'armée de terre ne renouvellent pas leur premier contrat au bout de trois ou cinq ans. L'armée voudrait les garder huit ans pour que cela soit rentable. Mais ça ne marche pas. Pas moins de 62% des militaires de carrière déclarent envisager de quitter l'institution.

Manque de reconnaissance

En cause : le manque de reconnaissance, pas assez d'opérations extérieures, pas assez de moyens pour les missions, et des salaires considérés comme trop faibles par 53% des militaires. Le Haut comité a rencontré des équipages de blindés qui n'avaient ni tiré, ni manoeuvré avec leur matériel depuis deux ans.

Si certains demandent des missions plus fréquentes et plus intéressantes, plus d'un militaire sur deux reconnaît qu'il n'arrive pas à concilier vie militaire et vie privée.

Enfin, les défaillances du logiciel de paie Louvois ont miné la confiance des familles envers la hiérarchie militaire. Primes oubliées ou, au contraire, trop-versées. 38% des soldats de l'armée de terre ont encore déploré des problèmes sur leur feuille de paie en 2016.

Chronologie et chiffres clés