rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Emmanuel Macron Fiscalité

Publié le • Modifié le

ISF: les députés LREM rectifient le tir

media
Pour Richard Ferrand, le président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée, taxer les biens luxueux n'est «pas en contradiction» avec la réforme de l'ISF. RFI/ Pierre René-Worms

Le budget 2018 sera examiné à partir du mardi 10 octobre à l’Assemblée nationale. Pour l'opposition de gauche, le projet de loi de programmation des finances publiques est trop favorable aux riches, notamment avec la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune. L'ISF va devenir un impôt concentré uniquement sur le patrimoine immobilier. Une réforme réclamée de longue date à droite et qui crée le malaise jusque dans les rangs de la majorité. Les élus de La République en marche ont prévu de déposer plusieurs amendements pour « rééquilibrer » la fin de l'ISF.


La République en marche va déposer une centaine d'amendements. Plusieurs prévoient de taxer les voitures de luxe, les jets privés, les chevaux de course ou encore les lingots d'or, soit des signes extérieurs de richesse non productifs. Richard Ferrand, le président du groupe, déposera lui-même un amendement pour taxer les yachts. « Réintroduire des taxes sur ces valeurs n'est pas en contradiction avec l'esprit de la réforme et nous le faisons en accord avec le gouvernement pour un budget juste et efficace », assure-t-il

Ces mesures très symboliques ont pour objectif de montrer que le budget 2018 ne fait pas que des cadeaux aux plus riches. En effet, le gouvernement et les cadres du groupe ont tout fait pour corriger le tir auprès des députés mal à l'aise avec la suppression de l'ISF.

Il fallait « dépassionner » le débat, explique ainsi un élu d'En Marche, qui souhaite déminer un sujet potentiel de fracture entre l'aile droite et l'aile gauche du groupe. Des réunions ont été organisées entre les ministres et les députés. Ce « cadrage » a permis à la fois d'étouffer le spectre d'un début de mini fronde venue de la gauche du mouvement et d'équilibrer à la marge un texte jugé trop à droite.

Chronologie et chiffres clés