rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes (responsables)
  • Chili: les experts internationaux concluent que Pablo Neruda n'est pas mort d'un cancer
  • Washington demande à l'armée irakienne de limiter ses mouvements près de Kirkouk

France Irak Kurdes Diplomatie Emmanuel Macron Haïdar al-Abadi

Publié le • Modifié le

Irak: Haïdar al-Abadi, le chef du gouvernement, à la rencontre d'Emmanuel Macron

media
Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi. REUTERS/via Reuters TV

Haïdar al-Abadi, le chef du gouvernement irakien, est de passage à Paris. Il y est reçu par Emmanuel Macron le 5 octobre au matin. Cette visite intervient dans un double contexte : celui de la défaite militaire du groupe Etat islamique en Irak et celui des tensions entre le pouvoir de Bagdad et les Kurdes irakiens, suite à leur référendum du 25 septembre.


L'unité et la stabilité de l'Irak vont être au cœur des discussions ce jeudi, lors de la visite à Paris du Premier ministre Haïdar al-Abadi. Il va donc être notamment question des tensions actuelles entre les Kurdes et le pouvoir central de Bagad.

La France juge inopportune la tenue du référendum d'indépendance organisé par les Kurdes. « Leurs aspirations sont légitimes lorsqu'ils demandent le respect de leurs droits prévus dans la Constitution irakienne, mais l'autonomie ne signifie pas l'indépendance » confie à ce propos une source diplomatique française.

Construire l'Irak post-groupe Etat islamique

Mais l'unité et la stabilité sont aussi les enjeux d'un nouveau chapitre qui s'ouvre en Irak : celui de l'après-Etat islamique. Après des années de combats, l'organisation jihadiste est sur le point de perdre ses tout derniers bastions. Des combats auxquels la France - au sein de la coalition internationale – a participé.

Paris souhaite que l'Irak évite les erreurs du passé, quand la stigmatisation de la minorité sunnite a facilité la montée en puissance du groupe Etat islamique. Son message politique s'accompagne de gestes concrets : la France a récemment débloqué 500 millions d'euros d'aide à l'Irak.

Chronologie et chiffres clés